Fiction ou réalité : la dernière blague belge

dans Internet

large_282251

Hier soir, mercredi, les programmes de la première chaîne du service public belge francophone, ont été interrompus par la diffusion d’une émission spéciale annonçant que la Flandre avait déclaré son indépendance. Cela signifiait donc la fin de la Belgique comme on la connaît aujourd’hui. On expliquait donc sur la RTBF que le roi, très en colère, avait quitté le pays. Et pendant près de deux heures, ce sont succédés des reportages, des témoiganges…

Il s’agissait d’un docu-fiction que personne n’attendait. La stupéfaction a donc gagné l’ensemble du pays et la RTFB assure que 89 % des téléspectateurs ont cru  au discours…

Les dirigeants de la RTBF expliquent avoir voulu créer le débat autour des conséquences pour la Belgique si un tel événement se passait…

Il me semble quant à moi que la question de la croyance du discours télévisuel est très intéressante ici. Des dixaines d’années après la fiction d’Orson Welles que les américains avaient pris pour la réalité, la télévision belge montre que les médias peuvent « faire croire » ce qu’ils veulent. Faut-il condamner la crédulité des téléspectateurs ? Je ne pense pas, car comment un téléspectateur, peut-il s’apercevoir de la supercherie, alors que la chaîne de télévision utilise tous les moyens à sa disposition pour authentifier son discours (mise en intrigue dramatisante, témoignages…) ? Demander au téléspectateur de déméler le vrai du faux va finir par créer un constant climat de doute et de suspiscion : au lieu d’essayer de comprendre un événement, les téléspectateurs finiront par se poser constamment la question et du vrai et du faux. Et on en arrive à la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui : un climat de suscpicion et d’attirance/répulsion envers la télévision : « je la regarde, mais je sais qu’elle me manipule » me disent souvent des téléspectateurs. D’un autre côté, on ne peut pas regretter que les téléspectateurs se méfient des images. Mais il faudrait plutôt les amener à penser aux médias par une démarche compréhensive, ce qui permettrait d’expliquer les mises en scènes de l’information, plutôt que de les condamner.

Lundi 18 décembre :
Vous pouvez allez lire l’article de François Jost pour Libération, au sujet de cette « affaire » : http://www.liberation.fr/rebonds/223854.FR.php

A lire aussi

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu