Le zapping de l’année ou le sens du montage

dans Télévision

l-ann-e-du-zapping

Hier soir, Canal + diffusait son zapping de l’année. Si je n’apprécie pas toujours les bêtisiers, qui souvent nous servent des plats si souvent digérés, je me régale cependant de revoir l’année télé, avec ses détails, ses choses étonnantes et déjà oubliées.

Mais ce qui m’a frappé hier, c’est à quel point ce zapping était orienté. Il l’a toujours été, bien entendu, et lorsque j’avais rencontré le patron du zapping, Patrick Menais, il y a quelques années (voir annexe 2 de mon livre « La télévision dans le miroir »), il avait précisé que son équipe essayait « d’exprimer quelque chose, souligner des incohérences, faire réfléchir les gens ». Il apparaît que c’est plus que jamais le cas, et le zapping d’hier soir avait en lui une idée essentielle, faire comprendre aux téléspectateurs qu’ils étaient manipulés, et que ce grand manipulateur était Nicolas Sarkozy. Pour dire cela, aucun commentaire, bien entendu, mais une suite de séquences qui, montées avec talent et habileté, développaient un point de vue, celui selon lequel, en gros, les médias et les politiques prennent les gens pour des cons et manipulent l’électeur.

Que ce point de vue (qui est un point de vue politique) soit vrai ou faux n’est pas ici pour moi la question. Ce qui m’intéresse plus fortement, c’est la manière dont le sens arrive aux images. La « chaîne flottante du sens »  comme disait Barthes est ici arrêtée par un montage orienté, qui nous montre que l’ont peut tout faire dire aux discours qui sont composés d’images et de sons. Dès lors, le zapping est comme les autres programmes de télévision, à prendre avec des pincettes, c’est-à-dire en gardant en tête qu’il développe un point de vue.

Je travaille en ce moment avec mon collègue Yves Jeanneret sur la façon dont nous allons concevoir le cours de semiotique que nous avons en commun au second semestre, et il est évident que je vais utiliser le zapping comme un exemple très intéressant et très riche de la façon dont le sens est construit par le montage.

A lire aussi

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu