« Daily Maud », c’est l’histoire d’une fille…

dans Presse écrite, Presse people

C’est l’histoire d’une fille qui suivait mes cours avec intérêt lorsqu’elle était étudiante à l’université d’Avignon. Une fille qui posait des questions pertinentes et dont les remarques ne manquaient pas d’esprit.
C’est l’histoire d’une fille qui s’intéressait aux médias et qui était très sérieuse mais aussi imaginative. Une fille que j’ai fait travailler sur les médias et la presse people, au point de lui proposer de demander à mon ami Nicolas Pigasse de la prendre en stage chez Public.
C’est l’histoire d’une fille à laquelle j’ai demandé « non mais tout de même, vous êtes sûre que ça vous intéresse, la presse people, et que vous ne faites pas ça seulement parce que je travaille dessus » ? Une fille qui était déjà sûre de ses convictions, et en même temps pas du tout sûre de ce qu’elle voulait faire lorsqu’elle serait grande, car d’ailleurs, elle se voyait (et se voit encore) toute petite.
C’est l’histoire d’une fille qui parle tout le temps de sa maman et de son papa, qui a été la première baby sitt de ma fille, et qui a tellement plu à la rédaction du magazine Public qu’elle en est devenue « pigiste permanente ». Une fille qui a un talent certain pour l’écriture, qu’il s’agisse de la vie de Brit’ ou de la rédaction d’un mémoire sur la presse people.
C’est l’histoire d’une fille qui a décidé de quitter la rédaction du magazine Public pour aller tenter l’aventure à Londres. Quelle aventure ? Ne le demandez pas, personne ne saurait vous répondre. Enfin, si, l’aventure, quoi. Une fille qui a envoyé le récit quotidien de sa vie à ses amis. Et le magazine Public a eu la bonne idée de publier ces récits. Cette semaine dans le magazine, et ensuite sur le site Internet de Public.fr
http://blog.public.fr/dailymaud
C’est l’histoire d’une fille dont on devrait suivre le parcours de près. Une fille qui n’a pas fini de nous étonner.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu