J’ai testé pour vous la nouvelle formule de Sans aucun doute

dans Télévision

sans-aucun-doute

J’aime beaucoup mon métier, mais il n’est pas toujours facile à exercer.  Il demande parfois beaucoup de courage et de rigueur, comme lorsqu’il me faut impérativement regarder (pas en entier, mais bon) la première émission de la saison de Sans aucun doute sur TF1. Eh ouais. J’ai donc testé pour vous la nouvelle formule de Sans aucun doute, et c’est de l’arnaque.

C’était hier soir, et ce qui m’intéressait, c’était de voir ce que devenait l’émission sans son animateur phare, Julien Courbet, désormais passé sur France 2 pour se refaire une réputation (et il y a du taf). Julien Courbet présentait cette émission depuis 1993 (sous Mitterrand, vous vous rendez compte ?), et on aurait pu avoir l’impression que le concept c’était Lui, que Sans aucun doute n’aurait pu lui survivre. Surtout que, comme je l’explique dans mon prochain livre, Julien Courbet est depuis plus de 10 ans devenu le représentant de la lutte anti-arnaque, puisqu’il décline le concept de l’arnaque à la radio, sous forme de magazine (Stop arnaques), de guides et même d’un site internet. Certains se demandent depuis longtemps qui arnaque qui, mais ce n’est pas ici l’objet de ma réflexion.

Lorsque TF1 a décidé de maintenir Sans aucun doute, j’ai donc écrit que cela signifait qu’elle estimait que l’identité de l’émission était suffisamment forte pour être indépendante de son présentateur. Certes. Mais on constate, maintenant que l’émission est à l’antenne pour une autre saison, que la chaîne a demandé à son nouveau présentateur, Christophe Moulin de « faire du » Julien Courbet : Il a exactement le même ton, les mêmes mots, les mêmes énoncés pour la même énonciation. Julien Courbet, il faut sortir de ce corps ! On imagine le pauvre Christophe Moulin obligé cet été de regarder tous les anciens numéros de Sans aucun doute pour faire tout pareil, et de prendre ensuite des cours d’imitation auprès de Nicolas Canteloup. Il faut reconnaître que l’imitation est vraiment bonne, on frise la perfection.

Alors, certes, TF1 pensait le concept suffisamment fort, mais encore fallait-il garder exactement le même ton, et donc faire du Julien Courbet, mais sans Julien Courbet. On le voit bien, les animateurs ne sont pas interchangeables, et bien souvent les concepts reposent sur leurs épaules. Canal+, en son temps s’y était déjà cassé les dents, en tentant de garder Nulle par ailleurs mais avec d’autres animateurs, et cela n’avait pas marché. Mais on le sait, les médias n’ont pas de mémoire.

A lire aussi

Alter Ego(s), ou les autres Stanley Billigan

Stanley Billigan est un personnage hors du commun, une histoire singulière, épatante, hallucinante, et effrayante. Un seul corps et

En lire + ...

Dans la jungle, terrible jungle de Touwongka

Touwongka, la comédie musicale de la jungle, signe la prouesse de faire voyager petits et grands au beau milieu

En lire + ...

Chattologie, d’utilité publique 

  Est-il possible d’assister à une conférence sur la chatte (pas l’animal) pendant le festival d’Avignon, en apprenant des

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu