Fin de la Star academy, l’essoufflement d’un genre ou celui de TF1 ?

dans Télévision

La rumeur enflait depuis quelques jours, et cela a été annoncé ce matin sur Europe 1 par Emmanuel Maubert : TF1 a pris la décision de ne pas reconduire la Star Academy la saison prochaine. Cette année, les audiences sont en-desous de la moyenne de la chaîne, et cette chute semble inexorable, depuis plusieurs saisons. Le Prime Time du vendredi est battu par les autres chaînes et notamment M6, et les émissions quotidiennes ne voient pas le jour en face du « Dîner presque parfait » de M6. Selon Europe 1 encore, Endemol avait signé un contrat de deux ans avec TF1 pour l’émission, et il restait encore un an mais TF1 avait une « porte de sortie » en fonction des audiences, et c’est cette clause que devrait faire jouer la chaîne.

La fin annoncée de la Star Ac est en partie dûe à l’essoufflement d’un genre. Il y a huit ans, lorsque la Star Academy est arrivée sur TF1, il s’agissait d’une émission d’un nouveau type, entre Loft Story, Fame et les variétés de Maritie et Gilbert Carpentier. On saluait le retour de la bonne variétoche, on critiquait l’aspect voyeuriste, on se demandait ce que Jenifer, alors bien en chair, pouvait bien trouver à cet « abruti de Jean-Pascal ». C’était tout beau, tout nouveau. Bien sûr, à TF1 on avait juré que la télé-réalité, alors naissante, n’arriverait jamais sur la plus grande chaîne française, mais bon, là, Patrick (Le Lay) et Etienne (Mougeotte) nous juraient que « ça », c’était pas de la télé-réalité… L’émission a tenté de se renouveler, en proposant un plateau immense, en essayant de recevoir de grands invités lors des primes, mais elle a pris un sacré coup de vieux lorsque M6 a renouvelé le genre avec La nouvelle star, qui proposait un programme plus branché, plus cool, plus hype, plus drôle. En réponse, TF1 a essayé de mettre plus de peoples dans son jury, mais cela n’a pas mieux fonctionné, car si l’émission de M6 repose entièrement sur la qualité de son jury, celle de TF1 repose sur l’identié de TF1, et c’est bien elle qui est en cause : TF1 aussi s’essouffle.

Pourquoi ? Parce que le paysage audiovisuel français est aujourd’hui en totale transformations, nous sommes en train de vivre des moments historiques pour la télévision française, et ceci pour plusieurs raisons :
– Les chaînes TNT connaissent un grand succès, tout comme le satellite, ce qui conduit à un éparpillement de l’audience assez significatif, et aucune chaîne de pourra plus espérer les audiences du passé. La position de leader n’est plus acquise définitivement, la concurrence est accrue et les grandes chaînes comme TF1 sont sur des sables mouvants.
– L’annonce de la fin de la publicité sur le service public a créé un véritable séisme au sein du marché publicitaire et médiatique. Même si on imagine que les chaines privées vont en bénéficier, c’est tout un univers médiatique et publicitaire qui est déséquilibré.
– Enfn, Internet a conduit à de nouveaux usages médiatiques, et le public a priori visé par la Star Ac est plus souvent sur Internet à l’heure de diffusion de l’émission, que devant le poste de télévision. C’est aussi en partie ce qui se passe pour l’information, et un bon nombre de téléspectateurs-internautes s’informent sur leurs sites préférés et boudent le JT de 20 heures.

On le voit, c’est aussi la notion de « grille des programmes » qui est remise en cause, et les grands rendez-vous qui durent depuis trente ans (variétés le vendredi soir, infos chaque à 20 heures) ne sont plus des moments aussi attendus qu’auparavant. Non, la variété n’est pas morte, c’est même une valeur sûre de la télévision, bien plus sûre, d’ailleurs que les programmes dits de télé-réalité,  mais il va falloir un peu d’imagination pour ramener les téléspectateurs devant le poste. En espérant que cela ne se fasse pas au moyen d’une plus grande mise en scène de l’intimité. Mais là, j’ai des doutes…

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu