Les journalistes se montrent à la télé, et cela n’est pas nouveau

dans Télévision

comiti

Qu’il s’agisse de Libération ce week-end, ou d’Anne-Elisabeth Lemoine sur Canal + aujourd’hui, il semblerait que les médias qui regardent les médias viennent de s’apercevoir de quelque chose d’extraordinairement nouveau : les journalistes adorent se mettre en scène ! Elise Lucet mène l’interview d’un patron d’hypermarché entre les tomates et les haricots verts, le magazine Cellule de crise de Tony Comiti filme les journalistes en train de mener une enquête, et voici que l’on crie à la nouveauté, la sur-modernité, bref, le mouvement de mode qui nous dirait que les journalistes sont devenus narcissiques, puisqu’ils se mettent en scène.

Heureusement, hier, avec mes chers étudiants, nous avons étudié l’histoire de la télévision. Et nous avons revu le premier générique du premier journal télévisé de la télévision française. Et devinez quoi !? Les journalistes se mettaient en scène ! On les voit sortir comme des fous en courant de leur bureau pour courir après l’information ! Oui, oui ! Et bientôt, je vais montrer à mes étudiants que, dans Cinq colonnes à la une (1959-1968), magazine désormais entré dans la légende, de la télévision française, et souvent cité en modèle, et bien les journalistes se faisaient souvent filmer en menant leur enquête…

Bien entendu, il est plus facile de dire que tout est en train de s’inventer tout le temps que de poser un regard rétrospectif sur les programmes télé. Les journalistes audiovisuel se prennent depuis longtemps pour sujet et peut-être que ce qu’il faudait faire désormais, c’est tenter de voir comment ces mises en scènes on changé, ont évolué, plutôt que se dire que tout cela est nouveau. Ce qui me semble plus récent, c’est que la figure du journaliste tend désormais à s’approcher de celle d’un individu lambda, nous avons d’ailleurs vu sur le semioblog la semaine dernière que les individus « ordinaires » posaient désormais les questions à la place des journalistes. La mise en scène et les rôles de chacun seraient-ils en train de changer ?…

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu