Comment les expressions arrivent aux médias ?

dans Medias, Télévision

Avez-vous remarqué cette chose tout aussi étrange que passionnante qu’est l’arrivée de formules dans l’univers de discours des médias ? Il y a des mots, des termes, des expressions qui, un matin, font leur entrée à la télévision, la radio, la presse, le web, et, on ne sait ni comment ni pourquoi, et sont repris et repris et repris, jusqu’à donner l’impression qu’ils ont toujours été là : c’est la circularité du monde médiatique.

Ce matin, j’ai vu arriver une nouvelle expression : « Destruction d’emploi ». Jusqu’à hier encore, on entendait parler de « perte d’emploi », de « chômage », etc, mais pas encore de « destruction d’emploi ». Et croyez-moi si vous voulez, mais lorsque Jean-Pierre Pernaut parle de « destruction d’emploi », ça fait vraiment, mais alors vraiment peur…

J’attire simplement votre attention sur le fait que l’usage de ce type d’expression n’est pas une évidence, qu’il est intéressant d’essayer de comprendre et d’analyser comment ces expressions font leur place dans l’espace médiatique, et surtout qu’il ne faut pas nous laisser endormir par des termes…

« Démontage d’emploi » n’est pas le seul à être arrivé comme ça. Je pense aussi à ceux-là (dans le désordre) :

– « Ascenseur social »
– « Discrimination positive »
– « Démontage du Mac Do »

Aucune de ces expression n’est arrivée par hasard. Pour les deux premières, elles ont été mises en circulation par le pouvoir politique, et reprises ensuite par les médias qui nous ont donné l’impression de les avoir inventées. Pour le « démontage du Mac Do », c’est plutôt José Bové et ses camarades qui ont proposé la formule, il est vrai plus douce que « carnage », ou même « destruction ». Du coup, on peut se dire que ce matin, on a échappé à l’expression  « démontage d’emploi »…

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu