Le décès de Michael Jackson : Entre le bug et le buzz médiatique, par Aurélie Arnaud

dans Medias, Télévision

400_mjackson_ambulance_newgraphic_090625

Aurélie Arnaud est étudiante en Master 2 à l’université d’Avignon, et elle analyse le discours médiatique dans les médias populaires. Elle a accepté de nous livrer ses impressions sur la façon dont les médias ont parlé de la mort de Mickael Jackson dans la nuit du 25 au 26 juin.

Hier déjà, le monde était bouleversé par la disparition de la légendaire drôle de dame, Farrah Fawcett. Et seulement quelques heures après ce premier drame, voilà que c’est au tour du King de la pop de s’éteindre. Mais que se passe-t-il dans le monde médiatique ? Comment les médias ont-ils relayé cette nouvelle histoire malheureuse ? Car si les fans s’attendaient à des informations « véridiques » sur lesquelles ils pouvaient fonder une véritable valeur informative, c’est avec une certaine difficulté que les médias ont accompli leur mission, dans la nuit du 25 au 26 juin dernier.

Tout d’abord, un flot de paroles relevant davantage du discours fictionnalisant, que de l’information pure. Entre l’annonce d’un décès lié à un arrêt cardiaque, à un suicide, à une surdose médicamenteuse, à un dopage, au stress d’une tournée ou à sa prétendue maladie de la peau, les médias se lancent dans des récits des plus biscornus, ne sachant réellement sous quel angle se positionner pour raconter cette histoire malheureuse. Sur le coup, tout semble bon à prendre pour construire le récit du décès de la star. Les rumeurs coulent à flots et à ce moment là, le discours médiatique est comme brouillé, totalement désorienté. On raconte que les fans s’amassent devant l’hôpital et que c’est la sœur de Michael Jackson qui aura la garde de ses trois enfants, bien avant de savoir si  il est réellement décédé. Cette absence d’informations relevant du « réel », ébranle les médias , peut-être bien plus que les fans eux-mêmes. S’ensuit alors un véritable bug : plus aucun média ne répond. Les sites Internet ne réagissent plus. L’absence de communication totale … Le comble médiatique.

Et puis petit à petit, la « rumeur » devient « information ». Des images circulent. Une ambulance sortant de la demeure de la star. Michael Jackson sous oxygène dans ce véhicule, Madame Jackson se rendant au chevet de son fils. La Toya sortant d’une voiture en larmes. La preuve du réel se fait ici par l’image. Jusqu’à ce qu’arrivent les premières paroles « officielles ». Celles qui résonnent comme un coup de massue pour les fans, comme la preuve véritable de la disparition du king de la pop. Mais celles qui résonnent aussi comme la fin de l’incertitude pour les médias, comme le passage du « pour faire semblant qu’on sait » au « c’est bel est bien la vérité ». Les paroles de Jermaine Jackson viennent marquer le passage du « non réel » au « vrai réel », en officialisant le décès de la star.

Les médias peuvent alors être rassurés, leurs propos prennent soudain une dimension informative « réelle ». Tant mieux pour eux me direz-vous. Toujours est-il qu’en cette nuit du 25 au 26 juin 2009 (du moins pour l’europe), le roi de la pop a offert aux médias un moment tourmenté, entre le buzz et le bug médiatique.

A lire aussi

DMPP #3 – Politique People

Pourquoi les politiques dévoilent-ils leur vie privée ? Pourquoi on vole leur intimité, depuis quand ça existe et comment

En lire + ...

DMPP #2 Pourquoi on regarde la télé-réalité (ou pas) ?

Pourquoi votre maman, votre voisin, votre fils, ou vous-même regardez la télé-réalité ? Hein, pourquoi ? Retour sur 15

En lire + ...

« Des médias presque parfaits », pour un droit de citation

Bonjour à tous, Comme vous l’avez vu, notre première vidéo de #DMPP au sujet de la télé qui parle

En lire + ...

4 commentsOn Le décès de Michael Jackson : Entre le bug et le buzz médiatique, par Aurélie Arnaud

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu