Pop Com sur Canal+, lorsque la télé consomme de la télé

dans Télévision

pop-com_preview1

Pop Com, c’est la nouvelle émission réflexive de Canal +, diffusée depuis le début du mois, le dimanche, à 18 h 10 et présentée par Victor Robert. Regard et  analyse de cette nouvelle émission.

Une émission réflexive est une émission de télévision dont le sujet est la télévision. Comme je l’ai observé dans mon premier ouvrage consacré à ce type de programme, Canal+ est la chaîne qui a fondé son identité sur sa capacité réflexive. Poser un regard sur les médias est pour Canal + un enjeu stratégique important qui lui permet de conforter son identité, celle de se situer en dehors du champ médiatique, de se montrer sous un autre jour, et de se distinguer des autres chaînes, comme si elle n’était pas dans la course. Depuis 1992, Canal+ a créé un certain nombre d’émissions réflexives : Télés-Dimanche, TV+ et Plus Clair sont des programmes qui, tout en s’adaptant à leur époque, on toujours eu pour fonction de raconter le monde médiatique. Alors, quoi de neuf avec Pop Com ?

L’univers de la consommation est très présent, et ceci depuis le générique. Celui-ci rappelle l’esthétique de Warhol : Des boîtes de soupe se succèdent, sur lesquelles figurent non pas la marque Campbell mais les images de personnalités médiatiques, avec les effets de couleur Warholien. A d’autres moments, le logo de l’émission se situe sur un objet ressemblant à un paquet de lessive. Ce que nous disent ces images, c’est que la communication médiatique semble définitivement entrée dans une ère de la consommation, c’est du moins ce que Canal + souhaite montrer : qu’elle ne mange pas de ce pain là, mais que l’univers médiatique est désormais absorbé par une culture de l’argent, du marketing et de la consommation. De même, le titre « Pop Com » évoque le « Pop Corn », aliment qui se consomme rapidement et n’importe où.

La dimension politique est également très présente, avec des reportages sur la communication d’Obama, celle des talibans, ou encore l’évacuation de la jungle de Calais. Ici, Pop Com empiète sur le terrain de  Dimanche+, l’émission politique de Canal+ le dimanche midi, qui se penche souvent sur les questions de communication politique.

Comme dans les émissions réflexives qui l’ont précédées, Pop Com met en scène un plateau qui nous raconte qu’il va parler de télévision : Beaucoup de clarté comme dans Télés-dimanche, des couleurs un peu plus actuelles (rose/violet), et un bon nombre d’écrans qui nous disent qu’on va parler de télé, en mettant en perspective des jeux de miroirs, comme pour mieux réfléchir.

L’humoriste Chris Esquerre propose en fin d’émission, Télé Oléron, une parodie décalée d’une télévision régionale. On montre ici que l’humour est important et que l’on peu mélanger les genres, en terminant sur une note d’humour décalé.

En fait, Pop Com témoigne bien de l’identité de Canal+, en reprenant les codes des émissions qui l’on précédée. On y a ajouté une touche de modernité, en insistant sur l’univers de la consommation et en tentant de dynamiser le tout, ce qui donne des interviews parfois étonnamment courtes, mais un ton Canal+, désormais institutionnalisé.

A lire aussi

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...
DMPP #5 - La communication politique

DMPP#5 – La Communication Politique

Que s’est-il passé en matière de communication politique pendant la dernière campagne présidentielle ? La télé a-t-elle toujours autant

En lire + ...
Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

4 commentsOn Pop Com sur Canal+, lorsque la télé consomme de la télé

  • w0of ! pas top encore …

  • tellement de clarté qu’il faut chercher l’intérêt… pop bof!

  • D’après certaines sources l’émission ne décolle pas vraiment. Pourquoi n’ont ils pas gardé la case horaire du samedi midi où il y avait + clair avant ? Ils auraient pu garder un public déjà fidélisé à cette émission là.

  • Oui, ben une de plus.

    Je crois qu’avant tout ce genre d’émisssion ne peut pas se permettre d’avoir un animateur ou présentateur moyen. Denisot était de taille, Fogiel déjà moins et Victor Robert, avec son côte « je dénonce » couplé avec un profil « people » n’est pas du tout à la hauteur pour préserver la canal’touch.

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu