« Toute une histoire », lorsque le service public profite de la télé-réalité

dans Medias, Télévision

delarue

« Si vous avez suivi ces programmes sur les chaînes privées, vous les reconnaîtrez » dit Jean-Luc Delarue en ce mercredi 14 octobre en accueillant ses invités. Aujourd’hui, le numéro de Toute une histoire s’intitule « Télé-réalité : comment la famille des candidats vit-elle l’aventure ? »

Profiter d’un succès, en utiliser les ficelles

Ce n’est pas la première fois que des programmes de France 2 surfent sur le succès des émissions de télé-réalité. Les programmes de Jean-Luc Delarue en sont l’exemple le plus concret, car nombre de ses émissions sont consacrées aux « stars » de ces programmes. Le plus souvent, il s’agit de revenir sur la psychologie des candidats, leur expérience et bien entendu leurs souffrances. Aujourd’hui, ce sont les familles des anciens candidats qui témoignent aux côtés des candidats eux-mêmes. Il s’agit d’expliquer ce que ça fait de regarder son époux ou sa fille à la télévision. Il existe ici un aspect réflexif indéniable : la télé regarde la télé et surtout les effets qu’elle est capable de faire.

En surfant sur la télé-réalité comme phénomène de mode, Toute une histoire ne cesse d’en reprendre les mêmes thématiques et la même terminologie. On y parle beaucoup d’amour, thème le plus fédérateur, avec tout ce qu’il peut contenir de bonheurs et de souffrances. En invitant les familles et en les faisant témoigner, France 2 ne fait que renforcer l’idéologie des programmes de télé-réalité, qui met en avant des personnes censées ressembler au téléspectateur lambda. « Ils sont comme nous » est une rubrique des magazines de presse people qui témoigne de cette même logique. Du point de vue des termes, on parle ici d' »aventure », mot toujours utilisé dans les émissions de télé-réalité.

Parler aux familles et adopter une logique marketing

Lindsay, une ex-candidate de L’île de la tentation, dévoile qu’elle a menti sur son couple (qui était fictif). Elle précise d’ailleurs à Jean-Luc Delarue qu’elle ne cherche plus à être connue et reconnue. C’est certainement pour cela qu’elle a souhaité faire l’émission de ce jour… Par ailleurs, on laisse une place aux mères qui peuvent tancer leurs enfants : la maman de FX de Secret Story explique à ce dernier pourquoi elle n’est pas contente de son comportement. N’oublions pas que cette émission du début d’après-midi est aussi traditionnellement destinée aux mères de familles.

Enfin, les candidats de télé-réalité sont volontairement absorbés dans une logique de produit. Lorsqu’ils participent à l’émission première (Star Academy, Secret Story etc), ils sont  comme des produits nouveaux, venant d’arriver sur le marché. Ensuite, pour continuer à avoir une existence médiatique, il leur faut apparaître dans d’autres médias. Le plus souvent, ils font la une des magazines people, qui illustrent leurs pages avec leur vie amoureuse. Mais il arrive, comme c’est le cas ici, que d’autres chaînes prennent le relais, en prenant soin de choisir un nouvel angle pour exploiter le produit qui arrivera bientôt en fin de vie, comme tout produit qui a été vendu, re-vendu, et re-re-vendu.

A travers cet exemple, on constate que Toute une histoire n’est pas une émission digne du service public : voyeuriste, surfant sur la vague de la télé-réalité sous une couche hypocrite de bons sentiments, cette émission aurait toute sa place sur une chaîne privée, ce qui lui permettrait d’assumer pleinement son identité. Car tout témoignage n’a pas valeur de vérité, car la confidence d’une star d’un jour n’apporte rien au débat, car la télévision publique, indéniablement, mérite mieux.

A lire aussi

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...
DMPP #5 - La communication politique

DMPP#5 – La Communication Politique

Que s’est-il passé en matière de communication politique pendant la dernière campagne présidentielle ? La télé a-t-elle toujours autant

En lire + ...
Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

One commentOn « Toute une histoire », lorsque le service public profite de la télé-réalité

  • « Exploiter le produit qui arrivera bientôt en fin de vie » cruel constat, et pourtant terriblement juste. Les candidats bientôt en souris de laboratoire médiatique…

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu