Avant, il y avait des cabines téléphoniques

dans Dans les yeux de Tabatha

cabine_tlphonique

Tabatha est une petite fille de 4 ans. Elle découvre le monde, et le regarde aussi  à travers les médias, et elle nous raconte ce qu’elle y voit.

L’autre jour, à la télé, j’ai vu une « cabine téléphonique ». C’est une sorte de grande boîte dans laquelle on entrait, du temps des dinosaures. Et au lieu d’utiliser son portable, on téléphonait avec ça. Ouais. Il y en a encore plein dans les vieux films. A l’époque, il y avait aussi des téléphones attachés à des fils dans les maisons. Du coup, en téléphonant, on pouvait pas faire autre chose que téléphoner. Incroyable. Et ça veut dire aussi que avant, on disait pas « t’es où » aux personnes qu’on appelait, vu qu’on savait où elles étaient. Ça devait être pratique, n’empêche.

En y pensant, ça veut dire que avant, quand on sortait, on n’avait pas de téléphone dans la poche ou dans le sac, et il fallait répondre dans les cabines téléphoniques, quand ça sonnait.

Ma maman m’a expliqué que les téléphones portables, ça existait pas avant. On ne pouvait donc pas envoyer de photos avec, vu que ça existait pas. Je sais, c’est difficile à croire. Faudra que je demande comment on faisait, pour les photos. Si ça se trouve, ça existait pas non plus.

Donc, si on se résume, avant, on téléphonait depuis la maison ou le travail. Ça veut dire que si on n’avait pas de maison ou pas de boulot, on pouvait pas téléphoner !

Ce que j’ai compris, aussi, c’est qu’avant, quand le téléphone sonnait, tu savais pas qui c’est qui t’appelait ! Ouais ! Fallait décrocher pour savoir. J’en reviens pas. Heureusement que ça c’est fini, et que tu peux vraiment choisir à qui tu décroches. Sinan, y faudrait toujours décrocher quand le patron de mon papa ou de ma maman il appelle, ou bien quand c’est de « la famille re-lou » qui téléphone.

Note pour moi-même : demander ce que « famille re-lou » veut dire.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

One commentOn Avant, il y avait des cabines téléphoniques

  • Un progrès qui a développé de nouvelles addictions, renforçant la notion de manque, en somme le lien aux autres.

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu