Comment ça va bien ? Ou la positive attitude. Par Astrid Basco

dans Medias, Télévision

Astrid Basco est étudiante en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université d’Avignon. Elle s’intéresse à la forme talk-show, et elle a accepté de venir sur le Semioblog pour parler de l’émission Comment ça va bien ? Présentée par Stéphane Bern sur France 2, chaque après-midi.

comment-ca-va-bien1

Comment Ca Va Bien ? Ultime question à laquelle tente de répondre l’émission par une note positive. Marqué par des chroniques en tout genre, le bonheur doit être à la clé de ces quelques soixante cinq minutes. Suivant l’émission Toute une histoire – présentée par Jean-Luc Delarue-, Comment Ca Va Bien s’annonce comme étant une forme nouvelle, hybride, d’un talk-show innovant. Mais que peut donc bien apporter CCVB, de plus qu’un autre talk-show?

Le problème de la plage horaire peut laisser perplexe au premier abord. A qui s’adresse donc cette nouvelle émission à 15h10 ? Nous savons que les ménagères de moins de 50 ans regardant Toute une histoire sont une possible audience pour CCVB. En effet, la bande- annonce suit sans interruption l’ancienne émission instaurant ainsi une certaine continuité dans le programme de France 2. Mais CCVB se distingue toutefois de son prédécesseur en instaurant d’emblée – grâce toujours à cette même bande annonce – une nouveauté : la « positive attitude ». Le spectateur n’a plus la même place dans les deux émissions : dans la première -chez Delarue- le spectateur s’identifie grâce à un intermédiaire : l’intervention du témoin, alors que dans la seconde le présentateur parle directement au téléspectateur « yeux dans les yeux » : il est directement visé par l’émission. Le public assistant à CCVB peut justement être à l’image de ce dilemme : une plage horaire qui laisse à désirer et paradoxalement un public assez jeune, voire même étudiant.

Les couleurs du logo- rouge, jaune, bleu, noir et vert- ancrent l’émission comme étant « fresh » « hype » et « jeun’s ». Le plateau est mis en scène tel un appartement : les chroniqueurs peuvent venir par un escalier en colimaçon, une table et un plancher en bois affirment l’idée d’éco-logie/nomie, la présence d’un deuxième étage évoque une vie au delà – tout ne s’arrête pas au plateau, CCVB c’est un mode de vie ! Autre exemple, les tableaux de Nathalie Lete accrochés aux murs affirment l’idée de fraîcheur, d’originalité, de familiarité et de personnalité.

C’est une plage horaire où les chroniqueurs sont les invités et Stephane Bern est le propriétaire des lieux. Journaliste aux plusieurs visages, il est ainsi le maître de cérémonie instaurant une proximité avec les autres chroniqueurs. CCVB est l’occasion pour Stephane Bern de nous faire découvrir une autre facette : plus populaire, accessible mais tout autant crédible. La mise en scène spécifique le met au centre tant sur le dispositif du plateau qu’en terme de dialogue : il est celui qui régule l’émission. La spécificité de la mise en scène peut faire apparaître un message, celui de faire voyager le téléspectateur dans un autre monde relié à notre réalité. Et c’est justement ce que montre l’alternance entre reportage/plateau. Quand on est sur le plateau on est dans un lieu intermédiaire entre réalité et la fiction ; quand on est en reportage on repart dans la « réalité vraie » pour ensuite revenir sur le plateau. CCVB se sert de la réalité pour se construire un monde meilleur.

A chaque chronique correspond son chroniqueur qui vient selon les jours et les thèmes abordés : maison, sport, quotidien, jeunesse, corps et j’en passe. Lundi 29 mars 2010, Janane nous parlait de stress, Edouard de mode, Benoit des pieds et Emmanuel testait pour nous les cours de cuisine. Bref, chacun a sa spécialité, sa place précise. Les chroniqueurs ne sont pas choisis « au hasard », leurs rubriques correspondent à leur « CV » – par exemple, Valérie Durier présentait sur Europe 1 une émission sociétale quotidienne avec de grands thèmes tels que le couple, la famille, la vie sociale…-  Ici, « Valérie Durier abordera pour nous les aspects plus sociétaux de notre quotidien tout comme elle l’a déjà fait sur Europe 1 ». Et voilà comment faire intervenir des personnes crédibles aux yeux des téléspectateurs. L’exemple suprême pourrait-être le personnage Stephane Bern qui, par sa simple renommée, apporte une légitimité à l’émission.

CCVB, basée sur le quotidien, peut-être aussi regardée de façon irrégulière par un public plus jeune mais qui a son importance pour l’émission. Il se crée ainsi deux pratiques télévisuelles pour le téléspectateur : la ménagère de moins de 50 ans regardant tous les jours l’émission instaurera une certaine familiarité avec les chroniqueurs, tandis que les plus jeunes sélectionneront les émissions en fonction des chronique/eurs. L’émission tenterait peut-être ainsi de créer un lien ou de réconcilier les différentes générations – notamment grâce à une diversité de chroniqueurs qui représentent à la fois la mère de famille comme Isabelle, l’homme excentrique tel Benoit ou alors Janane la jeune fille d’une vingtaine d’années. En effet, les relations entre les chroniqueurs peuvent être le reflet de celles présentent dans notre société entre jeunes, adultes et les autres. Stephane Bern par exemple tutoiera les jeunes chroniqueurs et vouvoiera ceux de son âge; alors que tous les chroniqueurs sans exception vouvoieront le maître de l’émission. N’oublions pas aussi que CCVB est diffusée sur une chaîne publique instaurant ainsi une idée de « mission » et de service public. La question est de savoir si le talk-show a valeur de divertissement ou s’il ne sert pas plutôt à faire passer un autre message, plus social et civique ?

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

4 commentsOn Comment ça va bien ? Ou la positive attitude. Par Astrid Basco

  • j’aime beaucoup la chroniqueuse caroline gavignet j’aimerai connaitre la marque de sa magnifique libellule qu’elle portait dans ses cheveux mardi après -midi los de sa chronique sur les rides je la trouve agréable un charme fou j’aime son franc parlé son élégance son origninalité et en plus elle est naturelle et drole merçi d’essayer de me répondre j’adore vrement ce qu’elle portait dans ses cheveux c’est de la façcon dont je me coiffe très souvent avec aussi des serre tetes mais pas aussi joli et classe que celui ci d’ouvient t’il

  • Mais que deviens Julienne ?

  • Après un an d’émission, je suis très déçue des chroniqueurs pour certains, rubrique sans intérêt ou avec des informations erronées (manque de professionnalisme) en fait le problème majeur de cette émission réside dans sa catégorisation elle se veut etre divertissante, alors que certains prennent leur sujet très à la légère, se font plaisir avant tout et privilégient leurs interets personnels et familiaux (le fils d’une chroniqueuse apparait très règulièrement, les mamans de 2 autres), tout ça personnellement est bien ennuyant pour le télespectateurs dont on se moque pas mal finalement car meme sur le forum de cette émission, le mot d’ordre est censure, on ne peut dire que du bien. Moi je zappe maintenant

  • Pourquoi faire une émission et inviter des pro. pour ne pas leur laisser la parole, et écouter les commentaires des nulles, style Janane qui connait tout mieux que tout le monde !!!
    Autre chose a cette tranche horaire, SVP….

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu