Zahia la scandaleuse, ou la naissance d’un people

dans Culture et Société, Medias, Presse people

zahia_la_scandaleuse1

Elle fait la une des médias depuis deux semaines et même la couverture de Paris-Match cette semaine, il s’agit de Zahia, « celle par qui le scandale arrive ». Agée de 18 ans désormais, la jeune femme aurait eu des relations sexuelles avec Franck Ribéry, alors qu’elle était encore mineure.

Comme dans un récit médiatique parfait, l’affaire s’est dévoilée au fur et à mesure en quelques jours, passant (comme on en a l’habitude désormais), du web (et plus spécifiquement de Twitter, of course), aux sites sportifs, puis people, et enfin aux médias généralistes. La rumeur a commencé à se répandre sur « des joueurs de l’équipe de France », pour se préciser enfin sur Ribéry et même Govou et Benzema, jusqu’au moment où le nom de la jeune femme en question a été cité, et là, le buzz a pris la forme d’une boule de neige qui aurait décidé de devenir une avalanche. La demoiselle avait commis l’erreur (mais en était-ce une ?) de laisser sa page facebook ouverte et accessible à tous, on pouvait trouver des vidéo, bref : un personnage médiatique était né.

Ce qui me semble intéressant, dans l’itinéraire de cette nouvelle icone, c’est que cette dernière porte en elle tous les traits du personnage people :

. Le physique : Se situant entre Paris Hilton et Loana (mais première période), Zahia aime à montrer son corps fièrement et à exhiber ses charmes, la tête haute. Bouche à moitié ouverte pour prendre un air faussement ingénu, toujours cambrée pour mieux dévoiler ses formes, la demoiselle (ou son mac, ah non pardon, son agent) a tout compris à l’esthétique de « la » people, celle qui buzz, celle qu’on aime à voir dans les médias, celle qui fait vendre du papier.

. L’histoire : Si la star a du talent (dans les domaines du cinéma, de la chanson, etc), le people, pour accéder à son statut, n’a besoin que de paraître dans les pages des magazines du même nom, peu importe le prétexte. Ici, la situation est parfaite, puisque la jeune femme n’a même pas eu besoin de se prostituer (ah non pardon), de passer dans une émission de télé-réalité pour devenir célèbre. Certes, elle a du coucher, mais là, on peut dire que c’est encore plus rapide pour accéder à la une. Pas besoin de passer 10 semaines dans un loft, une nuit ou deux suffisent, ce qui est un gain de temps considérable par les temps qui courent. Et l’histoire intéresse ! Elle concerne un sportif très célèbre dont la vie privée peut également être mise en avant. C’est donc une bonne histoire médiatique, susceptible de flatter nos plus bas instincts.

. Le sexe : Si les récits people ne concernent pas que les questions de sexe, il faut reconnaître que c’est un des thèmes les plus rassembleurs. Ces histoires sont fédératrices et renvoient le public à une forme de quotidien qui rassure (« finalement, même les stars du sport sont comme nous ! »). Connaître la vie sexuelle de Ribéry par la presse est finalement plus amusant et plus pratique que de tendre l’oreille pour écouter les disputes des voisins.

. Une gestion des médias : Décidément, la jeune femme est bien conseillée par son proxénète (ah non pardon), son avocat. Elle a accepté de faire la couverture de Paris-Match (apparemment pour une belle somme), et a attaqué VSD, qui avait également fait sa couv’ avec une photo d’elle, mais sans son accord. Elle a été déboutée, ce qui montre qu’on ne peut pas gagner à tous les coups.

. Une personne « comme une autre » : Depuis Loft Story en 2001 et l’avènement de la planète people, cette nouvelle race de célébrités qu’on appelle les people connaissent le succès parce qu’il s’agit de personnes « comme vous et moi ». Ce qui fait que ça marche, c’est l’idée selon laquelle ces histoires pourraient arrivent à n’importe qui. Zahia explique à Paris-Match qu’elle habite chez sa mère, que ses parents ignoraient tout de ses activités et que dans le fond, tout ça, c’était pour s’offrir plus tard un institut de beauté. Ce qui est expliqué, dans le fond, c’est que cette gentille fille ne voulait que devenir une honnête esthéticienne. C’est beau.

La différence entre le commun des mortels et le people, c’est qu’à un moment donné, ce dernier a été éclairé par les médias. Pour combien de temps ? Personne ne peut le savoir encore. Cela dépendra de la gestion de la « marque Zahia ». Au « pire », elle pourra toujours faire une émission de télé-réalité.

A lire aussi

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...
DMPP #5 - La communication politique

DMPP#5 – La Communication Politique

Que s’est-il passé en matière de communication politique pendant la dernière campagne présidentielle ? La télé a-t-elle toujours autant

En lire + ...
Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

6 commentsOn Zahia la scandaleuse, ou la naissance d’un people

  • Elle a du pain sur la planche, enfin ceux qui vont travailler pour elle. Déjà il faut un livre confession plein de révélations croustillantes. Quelques soirées huppées honorées de sa présence. Un passage chez Ruquier. Un séjour aux grosses têtes (ça la changera…). Mais si elle est sélectionnée pour la Ferme Célébrités, elle devra s’inquiéter.

  • Je pense que le mot qui qualifie cette fllle tient en cinq lettres. Dans l’ordre: P.U.T.E.
    Quand elle dit qu’elle n’est pas prostituée mais « escort girl », elle se ment à elle même. Sur le procés verbal d’audition, elle avoue elle même qu’elle se prostitue.
    Elle déclare aussi avoir fait des clients avec une autre prostituée. Selon la loi française, les 2 « collègues » ne sont plus de simples putes mais elles sont aussi proxénète l’une de l’autre. Ses parents, et son frère ont vécu sur ses deniers: ils sont proxénètes; Elle gagnait 20.000 euros par moi. A-t-elle déclaré au fisc en tant que profession libérale ? Je pense qu’elle va vite déchanter…
    Quant à Paris-Match, qui offre une tribune de 8 pages, et la Une , à une prostituée, je me dis que les reporters de guerre qui ont fait cet hebdo, doivent se retourner dans leur tombe. Qui osera faire la une de Match, qui osera passer après une pute ?

  • Paul Khayat

    On apprend rien dans cet article publié 10 jours après la bataille. J’ai vu mieux ici, avec un meilleur style et surtout un point de vue moins banal.

  • Le Semioblog n’a pas pour fonction de parler « à chaud », mais de regarder autrement les faits médiatiques.

  • Je crois malheureusement que si Zahia garde la bouche à demi ouverte, c’est pour la simple et bonne raison qu’elle est parfaitement idiote.

  • Je suis assez d’accord avec Virginie Spies.
    Cette Zahia n’est pas tout a fait stupide, mais venale et avide de ses 15 min de spotlight ca c’est certain. D’ailleurs Paris Hilton n’est aussi qu’une demi-idiote et a tres bien su gerer son image sur le temps. On peut dire aujourd’hui que Miss Hilton aura ete la pionniere de ce type de mediatisation socionetworkee, et que d’autres Zahia vont certainement suivre.
    Quant a Paris Match & VSD – ces gens vendent du papier et de l’encre.
    Ne prefere-t-on pas voir de jolies filles-people plutot que le carnage des bombes des terroristes ou le jogging de Sarkozy?

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu