Les poubelles, un premier signe du festival d’Avignon

dans Fest. Avignon 2010
Une poubelle de festival

A Avignon, le premier signe de l’arrivée prochaine du festival, ce ne sont pas les touristes, ce n’est pas la chaleur, ce ne sont pas les acteurs, ni les restaurateurs déjà fatiguées, et encore moins les serveurs aux chemises trempées. Non. Le premier signe de l’arrivée prochaine du festival, c’est l’apparition de poubelles. Oui. Pendant l’année, à Avignon, il faut chercher les poubelles qui sont placées n’importe où, et souvent leur courir après, car elles se sauvent, poussées par le mistral.

Mais soudain, en juillet, miracle : des poubelles ont poussé partout. Elles sont fixées au sol et elles sont presque jolies, pour des poubelles. Elles ont des destinations particulières : l’une pour le verre, l’autre pour le papier, etc. La poubelle festivalière tente de mettre de l’ordre dans le  chaos. De quoi ces poubelles sont-elle le signe ? Elles signifient bien entendu que la ville a le souci de ses touristes, et qu’elle tente de prendre en compte l’affluence qui va bientôt avoir lieu. Par différence, elles signifient aussi que les habitants de la ville à l’année ne peuvent bénéficier de la même attention. Nous sommes dans le cas où la maitresse de maison préfère mettre les petits plats dans les grands lorsqu’elle reçoit, mais ne soucie pas de ce que mange sa famille le reste de l’année. Elles montrent par ailleurs que pendant le festival, la ville d’Avignon est elle-même une scène de théâtre, avec son décor et ses rôles bien attribués. La question qui se pose ici est celle de la place attribuée aux avignonnais pourtant si attachés à cet événement.

Un jour, peut-être, la municipalité se dira que les résidents à l’année ont aussi le droit d’avoir des poubelles normales et une ville propre. En attendant, profitons de ce moment de liesse. Vive le mois de juillet à Avignon, et merci à Jean Vilar grace à qui, au-delà de tout ce qu’il a fait pour le théâtre, nous avons des poubelles une fois par an.

Une poubelle au quotidien

A lire aussi

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu