François Fillon à la une de Paris-Match, une mauvaise polémique

dans Medias, Presse people, Vie politique et medias

A la une de Paris-Match cette semaine, on peut voir François Fillon et son épouse se promener dans un parc. Bien droits, esquissant un sourire, ils regardent l’objectif du photographe, tout comme le fait leur chien, qui semble aussi serein que ses maîtres. En effet, la légende de la couverture explique que le premier ministre et sa femme sont « sereins en pleine tourmente ».

Rien de neuf sous le soleil, lorsqu’on sait que Fillon est annoncé comme sortant, et qu’il est en train de travailler son image d’homme politique, comme il l’a montré dans les médias ces dernières semaines. Seulement voilà, le journal Libération (clic, clic, clic) et d’autres médias à sa suite (clic, clic, clic) n’ont de cesse de dire qu’il y a tromperie sur la marchandise, dans le sens où cette photographie date de 2007. Même les « communicants de Matignon » seraient fâchés, disant que ce ne sont pas des méthodes, un manque de respect pour le lecteur, et j’en passe.

Or, quelque chose me dérange, dans cette polémique. En effet, que doit signifier une couverture de Paris-Match ? Un propos ? Une info ? Un scoop ? Cela dépend évidemment du sujet. S’il est question d’une guerre ou d’un attentat, on attendra une image d’actualité, et l’on sait que sur cette question, Match propose souvent des images inédites et signifiantes. Mais concernant cette communication politique, nous ne sommes pas dans le même cas. L’image ici doit illustrer et représenter un propos, celui selon lequel Fillon est « serein » (je ne juge pas ici du fait que cela soit vrai ou non). Cette image possède un statut de  symbole et non d’indice, car le magazine aurait pu faire la même photographie la semaine dernière, nous n’aurions pas été plus renseignés sur l’état d’esprit du premier ministre.

Je ne souhaite ici ni défendre ni Paris-Match ni François Fillon, mais dire que l’on se trompe de débat en disant que cette image est trompeuse. Au contraire, cette couverture est très signifiante du point de vue analytique : elle nous indique qu’une image peut en valoir une autre et que l’actualité s’écrit bien plus qu’elle ne se montre. Enfin, s’il faut en ce moment s’interroger sur la notion de mensonge dans l’actualité politico-médiatique, il y a bien d’autres chats à fouetter.

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

5 commentsOn François Fillon à la une de Paris-Match, une mauvaise polémique

  • jean-yves le moine

    une image reste une image de la réalité

  • En effet, mais nous sommes aussi ici dans le cas d’un récit, ou d’une « écriture de l’actualité », comme le dit JP Esquenazi.

  • Pingback: A la recherche de l’image naïve | Totem ()

  • « Une image peut en valoir une autre » « l’actualité s’écrit bien plus qu’elle ne se montre. »
    Moi qui passe des heures à farfouiller le web à la recherche de photos que je retouche ensuite avant des les publier sur mon blog!…
    Bien que je trouve votre lecture de la situation très juste et très vraie, je tiens à préciser que s’applique surout dans ce cas bien précis.
    S’il avait été question d’un conflit militaire par exemple, il est évident qu’un décalage de trois ans aurait été de la manipulation pure et simple.

  • Tout à fait d’accord.

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu