Festival d’Avignon, « Aurélia Decker, je crois qu’il faut la voir » par Virginie Spies

dans Fest. Avignon 2011

C’était l’un des succès du festival 0ff 2010. Après avoir joué cet hiver au théâtre des Blancs Manteaux à Paris, et connu le succès chez Laurent Ruquier, Aurélia Decker est de retour à Avignon pour « Je crois qu’il faut qu’on parle ! »

Toujours aussi drôle, mais encore plus abouti, « Je crois qu’il faut qu’on parle ! » est une succession de tableaux qui nous racontent des scènes de vie : de la fille qui avoue à son fiancé, (de gauche), qu’elle est de droite (« oui je faisais des colliers de nouille quand j’étais petite, comme tout le monde, sauf que moi, je les vendais »), à celle qui essaye de gérer au mieux l’homosexualité de son père, le spectacle d’Aurélia Decker est féminin sans être féministe, drôle mais jamais lourd, bref, on se laisse surprendre par une comédienne qui maîtrise son art avec simplicité.

Car c’est aussi ça le talent : donner l’impression au public que les choses se passent comme naturellement, l’emmener avec soi pour qu’il vous suive dans vos délires, et ça, Aurélia sait faire. Les textes sont drôles et incisif, et le public ne s’y trompe pas, puisqu’il est au rendez-vous, chaque soir à 19 h 35 l’Art en Scène théâtre (clic, clic, clic).

Pensez à réserver, vous m’en direz des nouvelles.

Virginie Spies.

A lire aussi

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu