Festival d’Avignon, « Une rencontre avec Israël Horovitz », par Virginie Spies

dans Fest. Avignon 2011

Avignon, c’est aussi des rencontres. Parmi celles-ci, le public a pu rencontrer en ce début de semaine le dramaturge Israël Horovitz, au théâtre du Bourg Neuf.

Il était venu pour voir la création de La compagnie des Aléas, qui joue pour la première fois Horovitz (mis) en pièces (clic, clic, clic) à l’occasion du festival. Il y a assisté plusieurs soirs, et les comédiens étaient à ses côtés pendant la rencontre.

Horovitz dirige lui-même des compagnies théâtrales, et aime suivre celles qui mettent en scène son travail. S’il écrit des pièces de longueur variées, il affectionne les pièces dites courtes : l’avantage, dit-il, est le même que dans le cadre de la lecture de nouvelles : si tu n’aimes pas, tu peux rapidement passer à la suivante.

Cette homme ne manque pas d’humour, tant sur la vie que sur lui-même : A la question d’une personne du public lui demandant d’expliquer ses pratiques d’écriture, il cite Beckett, qui était un ami. Ce dernier disait : « L’écrivain explique l’écriture, c’est comme un escargot qui explique sa coquille ».  Il parle avec bonheur de son travail et de ce qui a fait de lui un auteur, même si cela a fait très vite partie de sa vie. De toutes façons, dit-il, « à la naissance, le docteur m’a pris par les pieds, il a dit : ce n’est pas un garçon, ce n’est pas une fille, c’est un écrivain de théâtre ! ».

Les thèmes dont traite Horovitz sont transversaux, c’est pour cela qu’ils croisent différentes cultures. Cet américain se sent européen et n’est pas étonné que ses pièces y soient beaucoup jouées, puisqu’il y est comme chez lui. En l’écoutant, je pense à Paul Auster ou Douglas Kennedy, qui entretiennent avec l’Europe et surtout la France un rapport simple, une familiarité culturelle.

Lorsqu’il écrit, Israël Horovitz le fait en pensant au public, il imagine ce dont le public a besoin, tout en sachant garder le cap sur ce qu’il a envie, ou besoin de dire. Il pense aussi que ce qui intéresse le public n’est souvent pas dans le plus grand intérêt de ce dernier. Le sens de ses textes nait justement d’une alchimie entre ce que l’on aime et ce que l’on aime moins. Horovitz par exemple, nous fait croiser des personnages que nous n’aimerions pas rencontrer dans la vie, et qui nous effraieraient.  Ces personnages possèdent pourtant une part d’humanité, il nous la montre et se bat, par ses textes, contre la haine ordinaire et l’absurdité des conflits racistes.

Israël Horovitz ne fait pas le choix du genre, ne veut et ne peut pas être classé dans la tragédie ou la comédie. Car il est préoccupé par ce qui fait que la vie est plurielle, tantôt drôle, tantôt dramatique. Il est optimiste mais n’a pas de problème avec le fait d’écrire des pièces qui témoignent parfois de la réalité d’un monde tourmenté car, dit-il, personne n’est une seule chose.

Le théâtre, pour Horovitz, est l’expression d’une réalité de la vie, le théâtre est capable de la dire telle qu’elle est : tantôt magnifique et drôle, tantôt dramatique. Un réalisme théâtral qui est un plaisir pour le lecteur ou le public, un réalisme qui parle de la société. Horovitz aime a citer et adapter à lui cette citation de son ami Vaclav Havel « Je ne suis pas spécial, mais j’ai évolué dans une époque qui a fait de moi quelque chose de spécial ».

Virginie Spies.

Les mémoires d’Israël Horovitz sont à paraître au mois d’Octobre chez Grasset.

A lire aussi

Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

DMPP #3 – Politique People

Pourquoi les politiques dévoilent-ils leur vie privée ? Pourquoi on vole leur intimité, depuis quand ça existe et comment

En lire + ...

DMPP #2 Pourquoi on regarde la télé-réalité (ou pas) ?

Pourquoi votre maman, votre voisin, votre fils, ou vous-même regardez la télé-réalité ? Hein, pourquoi ? Retour sur 15

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu