Pendant un mois, le Semioblog va regarder le festival autrement

dans Fest. Avignon 2011

Le Semioblog se met aux couleurs du festival d’Avignon pour vivre et vous faire vivre un peu plus de trois semaines au cœur de la Cité des Papes, devenue capitale mondiale du théâtre.

On vous parlera de pièces de théâtre, de spectacles divers, mais pas seulement. Regarder le festival autrement consistera aussi à vous dire ce que cela signifie que d’habiter dans une ville qui d’un seul coup change de visage, on vous parlera, avec un regard sémiologique, de toutes ces petites choses qui font un festival, ce qui change et ce qui reste, ce qui plait et ce qui énerve. Nous irons également à la rencontre de certains artistes, on vous racontera.

« On », car avec un tel programme, je suis entourée, pour l’occasion, d’une équipe percutante aux plumes acérées, que je vais vous laisser découvrir au fur et à mesure de leurs textes. Pour une facilité de compréhension, durant tout le mois de juillet, chaque texte sera signé par son auteur (alors qu’en temps normal, ne sont signés que les textes qui ne sont pas de moi).  Les habitués du Semioblog le savent, nous sommes ouverts à d’autres auteurs. Alors si vous avez envie de vous frotter à l’écriture, même le temps d’un seul texte,  vous pouvez nous faire part de vos propositions.

Et puis, le 11 et 12 juillet, la compagnie théâtrale SemioProd que je dirige, jouera la pièce « Bienvenue sur Happy TV, la télévision du bonheur ». La pièce n’est jouée que deux fois et elle n’est pas dans le programme du Off, et ce sera aussi l’occasion de vous raconter cette drôle d’aventure. Comme récit sur le Semioblog, il s’agira d’une expérience, car je mêle ici le travail d’auteur et metteur en scène d’une pièce qui parle des médias, et qui est l’adaptation humoristique de mon dernier livre.

Un sacré programme en perspective ! Alors à très vite, sur le Semioblog et à Avignon !

Virginie Spies.

P.S. : Cela n’empêchera pas le Semioblog de continuer de regarder et de réagir à l’actualité médiatique.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu