Mythologies : La boîte de conserve, par François Smyczynski

dans Mythologies

Depuis les débuts de son existence, l’Homme veut vaincre le temps. Il écrit, peint, raconte, archive, transmet. Tant d’actions en vue de conserver la vie, combattre la narration inéluctable qui l’attend : de la vie à la mort. Durant ce combat certains Hommes passent même par des rêves plus ou moins fantaisistes tels une machine à voyager dans l’espace et le temps, rêves qui passionnent encore nombre de scientifiques dans notre époque de rationalité.

Puis des légendes ont été inventées comme le mythe du Saint Graal, promesse de jeunesse éternelle, et donc d’immortalité, pour quiconque le trouvera. Autant de rêves illusoires qui ont permis à l’Homme de s’accrocher à l’idée qu’un jour il vaincra le temps. Pourtant à l’heure actuelle, c’est bel et bien le temps qui domine l’Homme. Quoique ce dernier fasse, le temps est là, passé, présent et futur et semble ne pas vouloir se laisser faire. Mais l’Homme est têtu, et continue de s’accrocher à ses rêves. A défaut de Saint Graal, il en a inventé un ersatz : la chirurgie esthétique, ensemble de remèdes contre les ravages du temps sur le physique, faux semblants d’un contrôle même partiel du temps. Cependant, loin de s’avouer vaincu, l’Homme a toutefois su se montrer ingénieux. Ce ne sera pas lui qui traversera les âges : non, ce sera ce qu’il mange.

La boîte de conserve peut donc être considérée comme une relique. Objet intemporel qui est là, qui voit tout, qui est donc un témoin de l’Histoire. Depuis son invention à la fin de la Révolution française la conserve, ou encore la boîte comme elle appelée par certains, a vécu les débuts de la République en France, les catastrophes naturelles, les grandes guerres mais également des crises en tout genre, qu’elles soient politiques ou économiques. L’Homme peut être fier de sa création, pour une fois. La boîte de conserve est cet objet que tout le monde nargue aujourd’hui de part sa simplicité et la qualité discutée et discutable de ce qu’elle renferme, mais qui peut se targuer de vaincre, partiellement il est vrai, mais de vaincre tout de même le temps et ses effets destructeurs.

En tant que témoin de l’Histoire, la boîte de conserve a alors assisté à toutes sortes de changements dans notre société. Changements auxquels elle a pour la plupart participé. Initialement, la boîte de conserve était réservée à la Marine. En effet, le scorbut faisait des ravages à bord des navires. Est donc arrivé ce miracle sanito-culinaire, permettant d’emmener de grandes quantités de vivres sur les bateaux sans qu’elles dépérissent. Et les marins aussi par la même occasion. Mais très vite, la petite boîte est passée de l’état d’équipement du marin à celui d’outil indispensable de la vie de la ménagère.

Il faut noter que l’arrivée des boîtes de conserve dans la société correspond aux prémisses de l’ère industrielle. Aux alentours de 1850, les usines vont bon train et poussent comme des champignons (en boîte eux-aussi). La conserve dispose alors d’une autre vertu, plus socio-économique cette fois-ci. En effet, la conserve devient un business rentable, tant la demande est croissante. Mais pendant que ces messieurs sont dans les fonderies, pêchent, élèvent ou cultivent, il fallait quelqu’un pour remplir les boîtes : les femmes. Or, une femme qui travaille est une femme qui s’émancipe. La boîte de conserve devient donc l’un des symboles de l’émancipation de la femme. Une Simone Veil avant l’heure en quelques sortes.

C’est indéniable, la boîte de conserve a changé beaucoup de choses dans le quotidien de ses consommateurs. Il est également possible de parler de la conserve comme d’un vecteur de bonheur à la maison. Ce bonheur il s’illustre, par exemple, par les publicités à la télévision, montrant des familles heureuses à souhait de déguster une délicieuse boîte de conserve préparée avec amour par maman (maman qui l’a préalablement remplie à l’usine). Ces dites publicités ne font pas que vendre un produit quelconque. Tel un message subliminal, les nouvelles façons de manger se cachent derrière ces spots. Rapide et pas cher sont les maîtres mots de la société culinaire d’aujourd’hui. La conserve a donc su s’adapter en présentant de nouvelles recettes toujours plus innovantes (adieu les petits pois-carottes et bonjour les viandes mijotées !) mais à des prix très abordables.

Ce fait met l’accent sur la double dimension individuelle et collective que cache la boîte. En effet, elle est un symbole de la cuisine solitaire, d’un célibat presque caricatural. Portions idéales pour une personne seule, la boîte de conserve est un véritable allié culinaire pour qui n’a pas envie de (se) faire à manger. Mais à l’inverse, la conserve est également un outil indispensable dans les cuisines collectives. En version grand format, elles permettent de gagner un temps précieux dans la préparation des repas. Et cette notion collective prend de l’ampleur. Aujourd’hui, la boîte de conserve se fait tendance. Affublée du nom de MIAM BOX elle devient hype, mise en avant par la Collective de la Conserve. Il s’agit donc d’un signe fort montrant que la boîte de conserve n’est pas encore morte.

Trois morceaux de métal soudés ensemble ont ainsi pu révolutionner la société. Ou du moins y participer activement. L’appertisation comme la nomme les scientifiques, est devenu au fil du temps l’un des signes du mode de vie à l’américaine, où tout est industrialisé en masse, pratique et pas cher. La boîte de conserve est donc un moyen de protection contre le temps mais également un témoin du temps qui passe ; c’est une source de travail s’inscrivant dans la révolution industrielle du XXème siècle et un symbole de l’émancipation de la femme ; amenant du bonheur dans les foyers, elle prend une dimension individuelle et collective ; enfin, elle se fait objet de tendance. Tout laisse croire alors que la boîte renferme encore bien des aspects que l’on découvrira avec le temps. Si elle ne l’a pas vaincu avant bien sûr.

François Smyczynski.

Deux mots sur la catégorie « Mythologies » : clic, clic, clic.

A lire aussi

DMPP #3 – Politique People

Pourquoi les politiques dévoilent-ils leur vie privée ? Pourquoi on vole leur intimité, depuis quand ça existe et comment

En lire + ...

DMPP #2 Pourquoi on regarde la télé-réalité (ou pas) ?

Pourquoi votre maman, votre voisin, votre fils, ou vous-même regardez la télé-réalité ? Hein, pourquoi ? Retour sur 15

En lire + ...

« Des médias presque parfaits », pour un droit de citation

Bonjour à tous, Comme vous l’avez vu, notre première vidéo de #DMPP au sujet de la télé qui parle

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu