Politique et opinion publique : Twitter, mesure de toutes choses ?

dans Internet, Vie politique et medias

Jeudi matin, sur Europe 1, j’écoutais la chronique politique de Thierry Guerrier. Pour analyser la façon dont a pu être reçu le second débat pour les primaires socialistes, le journaliste a rapporté les résultats d’une enquête Opinion Way, Le News et UMAPS (clic, clic, clic).

L’idée de cette étude est d’analyser les échanges des utilisateurs de Twitter, et d’en tirer des conclusions sur les propos qui ont pu faire le buzz, et sur les mots qui ont le plus été repris par les « twittos ».

La méthodologie (téléchargeable depuis le site d’Europe 1 clic, clic, clic), consiste à récupérer les données à partir des hashtags (mots clés), d’extraire les thèmes et mots dits « pertinents » à partir d’un moteur d’analyse de texte et d’en faire la synthèse. Il serait alors possible de comparer les thèmes et les mots entre les différents candidats. Il s’agit de tenir compte de tous les messages envoyés sur twitter, sans tenir compte de ceux qui prennent la parole, et d’opérer enfin une synthèse.

On peut en conclure que Ségolène Royal est plus citée que François Hollande ou Martine Aubry, que cette dernière a plutôt été remarquée sur la question des cotisations sociales ou de l’égalité hommes-femmes, que François Hollande a marqué les utilisateurs de Twitter sur la question du contrat de génération, alors que Montebourg a plutôt été repris sur le protectionnisme européen, etc.

Ce type d’étude, qui consiste à prendre les messages qui circulent sur Twitter comme mesure d’une forme d’opinion publique pose, à mon sens, un certain nombre de problèmes (c’est aussi mon avis sur le baromètre politique de Semiocast : clic, clic, clic). Voici quelques éléments qui posent problème :

. Compter les termes repris ne permet pas d’en conclure que ce sont ceux qui seront retenus. Notamment parce que ce qui est repris sur Twitter sous forme de répétition de la parole politique n’est pas forcément ce qui fera le buzz par la suite,

. Car le buzz se crée par autre chose que par la reprise du discours politique. De nombreux twittos, se distinguent notamment par leur humour et la façon dont ils manient le second degré. Ainsi, le mot « immigration » peut être repris un grand nombre de fois en citant par exemple Manuel Valls, mais pour détourner son discours s’en moquer,

. Ensuite, une étude de ce type ne tient pas compte de ceux qui parlent. Or un utilisateur de Twitter ayant 5000 followers n’a pas la même audience (donc le même pouvoir) qu’un utilisateur venant d’arriver sur le réseau et ayant 25 followers,

. Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’un bon nombre de militants et de communiquants politiques utilisent la toile pour mettre en avant le discours de leur candidat préféré, voire de leur employeur. Nous ne sommes pas ici dans la mesure de l’impact, mais bien dans la mesure de l’efficacité de la communication politique sur Twitter.

. Enfin, comme s’est expliqué ici (clic, clic, clic), certaines équipes, comme celle de François Hollande ont utilisé les comptes twitter de leurs militants pour tout simplement Re-twitter donc répéter les messages du compte de François Hollande, multipliant donc les messages du candidat sur la toile.

Pour toutes ces raisons, Twitter ne peut pas être un baromètre traduisant l’opinion des Français, du moins pas dans ces conditions. Une véritable analyse sémiologique partant du discours des énonciateurs, (donc de ceux qui prennent la parole) devrait compléter ce genre d’étude, et ne pourrait se faire en quelques heures. L’analyse en tant réel donne au mieux une idée de l’humeur sur Twitter, mais ne traduit en aucun cas la réception du public dans sa globalité.

Virginie Spies

 

A lire aussi

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...
DMPP #5 - La communication politique

DMPP#5 – La Communication Politique

Que s’est-il passé en matière de communication politique pendant la dernière campagne présidentielle ? La télé a-t-elle toujours autant

En lire + ...
Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

2 commentsOn Politique et opinion publique : Twitter, mesure de toutes choses ?

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu