Affaires DSK : Des images au service du récit médiatique

dans Medias, Vie politique et medias

BFM TV a réussi son buzz aujourd’hui, en promettant à 14 heures les images, les fameuses images des caméras de surveillance du Sofitel le jour où tout à basculé.

Est-ce que le téléspectateur peut y apprendre quelque chose ? Evidemment, non. Si ce n’est que la fameuse « danse de la joie » des deux employés a duré moins longtemps que ce qu’on a pu en dire, mais… cela ne signifie rien.

Dépourvues de sons, ces images sont remontées par la chaîne sur la voix-off d’une journaliste : il s’agit donc de reconstruire le sens, et surtout, de prolonger le récit. Vous en entendez parler depuis bientôt 7 mois ? Et bien, regardez maintenant.

On retravaille le récit, ses mises en scènes, la journaliste constate que la victime présupposée n’était pas en larmes, ou du moins, elles ne se voyaient pas à l’écran. Mais ce sont des images de caméras de surveillance, donc pas de gros plan pour le pathos, dommage.

Ces images, tout le monde va les voir, les revoir et les commenter. Elles arrivent à point nommé pour que le récit médiatique puisse trouver un nouveau souffle, pour que l’on puisse à nouveau parler sans savoir, mais en donnant l’impression qu’il y a du nouveau.

L’image n’est pas ici une preuve, elle est au service d’un discours qui peut tout vouloir dire, et son contraire.

Virginie Spies.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu