Nicolas Sarkozy à la conquête du 2.0, l’interaction en moins

dans Elections présidentielles

 

Vendredi dernier, l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy créait son compte Facebook. La polémique au sujet des liens éventuels entre la société américaine et l’UMP fait rage depuis hier soir.

Ce matin, le Président de la République a créé son compte Twitter, et a annoncé sa participation au 20 h de TF1 par un : « J’ai accepté l’invitation de TF1 au journal de 20h de ce soir et je vous y donne rendez-vous – NS ».

De quoi alimenter la journée médiatique : Il en était question sur Twitter, bien sûr, mais également à la radio, son arrivée sur Twitter faisant la une du journal de 10 h sur Europe 1, permettant à la journaliste de dire que « Nicolas Sarkozy a confirmé lui-même qu’il serait sur TF1 ce soir ».

Il était temps : la parole des politiques sur Twitter est souvent reprise par les journalistes. Ici, son message est cité, Twitter authentifie les actions du candidat.

De ce fait, un compte Twitter comme celui-ci remplace (à un certain niveau) les communiqués de presse, avec l’avantage (pour celui qui parle) de s’adresser à un grand public. Le problème pour les médias est qu’à ce stade, ils ont les mêmes informations que ce grand public.

Quoi qu’il en soit, avec le vrai lancement de la campagne présidentielle, la machine à communiquer Sarkozy est en marche, avec le web 2.0 au service de son goût particulier pour la conquête du pouvoir.  Je pense cependant que ce n’est qu’un buzz qui va retomber très vite (comme tout buzz), car il manque un élément clé à cette campagne : l’interactivité.

Si le candidat UMP aux présidentielles a dégainé tout un arsenal qui fait du buzz, il faut dire cependant que les fonctionnalités qui font l’intérêt du web 2.0 ne sont pas utilisées. Or, les réseaux sociaux, c’est d’abord de l’échange, et de l’interaction. Les politiques qui ont du succès sur Twitter l’ont parfaitement compris, ce n’est pas le cas de Nicolas Sarkozy. Sur sa page Facebook, on décline une belle histoire lisse, mais personne ne peut commenter. Vous pouvez simplement « liker » ou partager. Sur Twitter pour l’instant, à 20 h 30 ce soir, le candidat a plus de 53000 followers, mais il ne suit que le compte de l’Elysée. En cette première journée, l’équipe chargée de son compte n’a répondu à personne, aucune interaction. Plusieurs éléments sont à soulever ici :

. Le candidat se situe encore comme étant le Président, il est « au dessus » de la mélée, il n’entre pas en dialogue,

. Or, une campagne 2.0 ne peut se passer de l’interaction. S’il est moins moderne que le compte de Nicolas Sarkozy, celui de François Hollande permet aux Internautes de commenter, ce qui est un élément essentiel de la communication du web 2.0, même pour affronter la critique,

. Pour l’heure, ces médias sociaux sont utilisés comme des médias traditionnels, pour une communication descendante. Il s’agit d’un outil de plus, qui ressemble au même usage que l’on a pour les tracts, sauf que les discours de communication sont bien évidemment plus rapides, et peut-être plus efficaces.

Ce soir sur TF1, on a aussi parlé du nouveau compte Twitter de Nicolas Sarkozy, pour entendre finalement, de la voix du Président, un « Oui je suis candidat à l’élection présidentielle ». Il ne veut pas abandonner le poste, se considère comme un « capitaine de navire ». Il se positionne en homme de projet, homme d’avenir et de conviction, et veut être un rassembleur.

Le discours de communication qu’il a produit était celui d’un homme se présentant comme étant honnête, comme s’il n’avait, pour ainsi dire, pas été à la tête de l’état pendant 5 ans. Reprenant ses habitudes discursives, il a posé des questions auxquelles on ne peut répondre qu’en étant d’accord avec lui :

 « Est-ce que vous trouvez normal que… (remplacez ici par la vérité de votre choix) »

Pendant cette interview, le compte Twitter du candidat a commencé à s’activer. Non pas en répondant aux internautes, mais en reprenant les phrases clef de Nicolas Sarkozy…

Si la rhétorique médiatique de Nicolas Sarkozy a montré qu’elle pouvait être efficace en campagne, il s’agira pour l’équipe du candidat de s’adapter à ces nouveaux médias, et de saisir le véritable intérêt du web 2.0 pour la communication politique.

Nicolas Sarkozy est un homme politique qui n’aime rien de plus que la conquête, elle devra passer par celle du web 2.0, ce n’est pas encore gagné.

Virginie Spies.

A lire aussi

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...
DMPP #5 - La communication politique

DMPP#5 – La Communication Politique

Que s’est-il passé en matière de communication politique pendant la dernière campagne présidentielle ? La télé a-t-elle toujours autant

En lire + ...
Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

One commentOn Nicolas Sarkozy à la conquête du 2.0, l’interaction en moins

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu