CANIN FÉLIN ou l’homme poubelle, le théâtre au-delà des conventions, par François Theurel

dans Fest. Avignon 2012

Dans le foisonnement de spectacles du OFF, comment faire un premier pas de spectateur ? Le premier spectacle que l’on va aller voir a-t-il une influence sur la manière dont on va vivre le reste du festival ? Canin Félin ou l’homme poubelle a été mon premier pas sur cette édition 2012. Et s’il est à l’image du reste de mon expérience du festival, je crois qu’il faut que je m’attende à quelques cheminements aventureux de taille avant son dénouement.

Difficile de s’attaquer à la question de la création conceptuelle quand beaucoup semblent confondre réflexion et prise de tête. Canin Félin, c’est du « théâtre non-verbal » parlant de la nécessité et des aléas de la communication humaine, où les corps tentent de s’approcher, de s’apprivoiser, de s’entre-déchirer pour finir par apprendre à se connaître, pour le meilleur et pour le pire. La mise en scène d’Eugen Jebeleanu met en avant une série de tableaux oniriques, parfois cauchemardesques, mais toujours viscéralement intenses où se déploie une sorte de ballet lynchesque porté par un accompagnement sonore hypnotique entre cold wave, noise, jazz et electronica expérimentale. Evoluant au milieu d’un ensemble mouvant de cubes lumineux, chaque membre de la Compagnie 28 apporte une présence forte, à la fois cohérente et distincte.

Canin Félin est une pièce qui, au-delà de ce qu’elle « raconte », m’a avant tout questionné sur la manière dont je reçois une œuvre, dont je la jauge et me glisse dedans. La manière dont on va appréhender une œuvre tient, par bien des aspects, de l’arbitraire le plus total : l’état d’esprit du moment, le background culturel de l’individu, les attentes, les envies ou encore les éternels a priori sont autant de facteurs aux frontières en constante évolution.  Face à ce processus complexe et incertain, Canin Félin illustre l’ivresse que l’on peut ressentir à effacer les repères et se laisser malmener par une proposition artistique inattendue. Face au courage et au culot de comédiens qui entreprennent de brouiller sans cesse les frontières de la scène, des conventions théâtrales et de la décence consensuelle, face à ces performances intenses qui flirtent parfois avec le malaise le plus total, qu’est-ce qui provoque la fascination ? Vaste question, à laquelle aucune réponse simple n’est possible.

J’ai un peu de mal à imaginer le festivalier haletant sortir ravi et remué de Canin Félin pour se ruer dans la foulée à une représentation d’Amour et chipolatas. Le contexte, les amis, le contexte. Canin Félin implique un certain lâcher prise, le deuil d’une narration classique et linéaire. Il n’est nullement question ici d’incompatibilité pédante entre les différentes formes, le relativisme culturel est roi et nous buvons goulument à ses pis de peur de passer pour de fâcheux trouble-fêtes. Il y a un contexte et un moment pour tout. Sachez saisir ce contexte et, s’il fait écho en vous, nul doute que Canin Félin vous fera vivre un moment assez difficilement oubliable.

François Theurel

CANIN FÉLIN ou l’homme poubelle – Tous les jours au Théâtre du Bourg Neuf à 17h15 : clic, clic, clic

Quelques mots sur l’auteur : 

François Theurel est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication et a réalisé sa thèse sur les rapports évolutifs entre pratiques du cinéma et diffusion numérique, sous la direction d’Emmanuel Ethis au laboratoire Culture et Communication de l’Université d’Avignon. Avignonnais d’adoption plutôt porté sur le cinéma et la musique, il entretient une position d’outsider très curieux sur la question théâtrale.

 

A lire aussi

DMPP #3 – Politique People

Pourquoi les politiques dévoilent-ils leur vie privée ? Pourquoi on vole leur intimité, depuis quand ça existe et comment

En lire + ...

DMPP #2 Pourquoi on regarde la télé-réalité (ou pas) ?

Pourquoi votre maman, votre voisin, votre fils, ou vous-même regardez la télé-réalité ? Hein, pourquoi ? Retour sur 15

En lire + ...

« Des médias presque parfaits », pour un droit de citation

Bonjour à tous, Comme vous l’avez vu, notre première vidéo de #DMPP au sujet de la télé qui parle

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu