Festival d’Avignon « Une vie sur mesure », la vie autrement, par Virginie Spies

dans Fest. Avignon 2012

Adrien n’a qu’une seule passion, qu’un seul désir, à tel point que ses pensées sont toujours tournées vers la même chose : la batterie. Avant qu’il ne découvre l’instrument, Adrien a aimé les sons, il a vibré aux bruits de sa vie : des claques de son père au son du couteau de sa mère sur la planche à découper, pour le jeune homme, tout ça, c’était déjà de la musique.

Cédric Chapuis (interprète et auteur de la pièce) offre, dans Une vie sur mesure, le récit d’un homme différent, d’un gamin doué, naïf, entre Forest Gump et Rain Man. La passion pour son instrument va au-delà de tout, et permet à Cédric Chapuis de dévoiler une palette de talents de comédien et de musicien. Entre discrétion et fulgurances, il livre un personnage d’une grande richesse, qui porte sur la vie un regard d’enfant, sous le l’oeil tantôt amusé, tantôt attendri du public.

Adrien en est persuadé : on ne dit pas « autiste », mais artiste. Il compare la musique à la vie : au fond, dit-il, c’est une chance que nous soyons comme les notes… mortels. Il se pose des questions qui nous interrogent en retour.

Que l’on soit sensible où non à la musique et aux sons de la batterie importe peu, car ce dont il est question ici, c’est aussi un peu de notre histoire : nous avons tous été, un jour « à côté » de quelque chose, nous avons tous connu des moments de solitude, nous avons tous une passion enfouie, qui ne demande qu’à naître ou renaître. Tous envie d’aller au bout d’un rêve. La douce folie d’Adrien lui donne la possibilité de le faire. Et le public termine debout, c’est d’ailleurs la moindre des choses.

Virginie Spies.

Une vie sur mesure, à voir jusqu’au 28 Juillet à 21 h 45 au théâtre du chêne noir : clic, clic, clic.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu