Antoine Terrak, un sidérurgiste de passage au festival

dans Fest. Avignon 2013

Antoine Terrak est une figure emblématique du syndicalisme et, plus particulièrement, des « métallos de Florange ». Il a notamment pris part aux mouvements de protestation ouvrière de 2012 concernant ArcelorMittal et est devenu une figure médiatique depuis son face-à-face avec Jean-Luc Mélenchon. Il était à Avignon ce Mardi 16 Juillet pour rencontrer la compagnie Taxi Brousse qui joue « Métallos et dégraisseurs » au théâtre du Bourg-Neuf. Nous lui avons posé trois questions.

Est-ce que vous pourriez, en quelques mots, décrire aux lecteurs du Semioblog les raisons de votre venue aujourd’hui à Avignon ?

Déjà, je connaissais quelques personnes de la compagnie Taxi Brousse sur les réseaux sociaux. En plus, ils étaient venus à Florange pendant le conflit pour présenter leur pièce. Ils devaient jouer mais ça ne s’est pas fait parce que c’était un moment peu propice où nous étions vraiment tous en lutte. Et là, comme ces jours-ci j’étais à Nice, je me suis dit que je pourrais profiter du Festival d’Avignon pour venir discuter et échanger avec eux. J’ai été agréablement surpris de voir cette pièce parce qu’elle reflète bien le combat qu’on mène et l’historique de ce qu’on a vécu avec le démantèlement de nos usines. Le cheminement pour y arriver est le même

L’art et le théâtre plus spécifiquement, ce sont de bonnes manières de faire passer un message social et politique ?

Je pense que c’est un moyen plus doux de faire passer le message. Un moyen parmi beaucoup d’autres, mais un moyen qui reste efficace.

Vous allez profiter de votre passage pour voir quelques pièces ?

(Rires) Je vais essayer. Je suis très curieux, c’est la première fois que je viens ici, jusqu’ici je ne connaissais le Festival qu’à travers ce qu’on en voit à la télévision. Je suis vraiment content d’être là.

Propos recueillis par François Theurel.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu