Avare et à revoir

dans Fest. Avignon 2013

Ils sont 4. Ils débordent d’énergie. Ils vous laissent choisir la distribution et vont vous réconcilier avec ce classique de Molière si comme moi, en classe de 4ème, vous aviez développé l’étonnante faculté de dormir les yeux ouverts pendant les cours de français.

Avare ce sont d’abord de jeunes comédiens qui décident de lutter contre l’avarice et la crise en montant (très logiquement donc) l’avare. Et parce qu’ils ne sont pas pingres justement, (vous suivez ?) non seulement ils ont tous appris l’ensemble des répliques mais ils vous laissent, en plus, choisir qui ils interpréteront pendant la pièce (oui ils sont comme ça).

Mais l’originalité ne s’arrête pas aux choix des rôles par le public. Durant 1h la joyeuse troupe jongle entre improvisation et un incroyable jeu d’acteur. Abolie, la frontière entre le spectateur et la scène, bouleverse les codes avec talent, interpelle et ne vous donnera qu’une seule envie : y retourner. Cet Avare interactif, inventif et surtout drôle a tout pour plaire.

Et si l’envers du décor vous intéresse, vous pourrez retrouver sur YouTube l’expérience au festival de la Compagnie les Apicoles à travers plusieurs épisodes réalisés par Anaïs Sartini, également régisseuse du spectacle: http://www.youtube.com/watch?v=Sj9QfoJhil8

Marie-Caroline Neuvillers.

Jusqu’au 31 juillet à 19h15, au théâtre des Barriques (clic, clic, clic)

Quelques mots sur l’auteur:

Marie-Caroline Neuvillers écrit des choses sérieuses le jour pour gagner sa vie honnêtement, puis le soir venu, écrit des choses avec du lol dedans sur le Festival d’Avignon. Elle passe donc son temps à faire semblant de se plaindre alors que dans la vraie vie elle adore les touristes et le mec qui distribue la Terrasse. Mais toujours pas les gens qui disent « en Avignon ».

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu