« Fuck Off » saison 2. Fuck yeah !

dans Fest. Avignon 2013

Vous nous connaissez, ici on aime bien parler du festival. Vous n’aviez pas remarqué ? Bande de distraits. Nicolas Maury aussi aime bien parler du festival. Il en parle drôlement bien d’ailleurs, parce que lui il en fait partie. Il est comédien, il monte sur scène, il tracte, il colle ses affiches, bref, il sue pendant trois semaines depuis des années. Alors vous pensez s’il en a des choses à dire. D’ailleurs, soyons francs tout le monde en prend un peu pour son grade.

Fuck Off c’est avant tout une leçon : une leçon donnée en montant sur les planches pour nous montrer à nous festivaliers, l’envers du décor. Nous, qui chaque jour pendant un mois nous émerveillons (ou nous agaçons) du folklore qui s’installe partout dans la rue, de cette déferlante de spectacles et de leurs affiches. Apprendre à tracter les bonnes personnes, courir après les professionnels, savoir revoir à la baisse ses ambitions, apprendre à mentir (un peu), continuer d’y croire (quand même)… Il vous dira tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais avoir pensé à le demander aux premiers intéressés.

Le portrait dressé n’est pas toujours des plus reluisant mais incisif et drôle. Du touriste, au local en passant par les comédiens et les attachées de presse/chargées de communication (ce sont des femmes dans 99% des cas, c’est comme ça) personne n’est épargné au milieu de ce grand déballage et la caricature n’a parfois jamais été aussi proche de la vérité.

Cette savoureuse prise de recul est aussi drôle qu’éclairante et donne sacrément envie de retrouver Nicolas Maury pour une saison 3…

Marie-Caroline Neuvillers

Jusqu’au 31 juillet, à 19h, au théâtre de l’Etincelle (clic, clic, clic)

Quelques mots sur l’auteur:

Marie-Caroline Neuvillers écrit des choses sérieuses le jour pour gagner sa vie honnêtement, puis le soir venu, écrit des choses avec du lol dedans sur le Festival d’Avignon. Elle passe donc son temps à faire semblant de se plaindre alors que dans la vraie vie elle adore les touristes et le mec qui distribue la Terrasse. Mais toujours pas les gens qui disent « en Avignon ».

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu