Sebastian Barrio : « Le festival d’Avignon est un marathon »

dans Fest. Avignon 2013

 

A son « actif », 700 films classés X, et un « Hot d’or » du meilleur acteur français. Mais depuis quelques années, Sebastian Barrio a changé de braquet et rangé ses accessoires, pour devenir un comédien plus « classique ». Conscient que l’univers du cinéma porno en interroge certains et en fascine d’autres, il joue, pendant le festival d’Avignon, son « one man show » intitulé « Pour X raisons ». Il y évoque les castings, les tournages, le film du samedi soir sur Canal+ et bien d’autres anecdotes concernant son ancienne carrière. Le tout avec émotion, humour et auto-dérision.

Sebastian Barrio est la première personnalité du festival 2013 à se prêter à la Semio-interview.

Qu’est-ce que vous avez fait pendant votre dernière soirée, avant d’arriver à Avignon ?

J’ai répété mon spectacle, et j’ai regardé « Les experts ».

Si je vous dis « Festival off », vous pensez à quoi ?

Marathon ! Je me lève à 10 h, me couche au plus tard à 3 h du matin, mais plus généralement à 1 heure. Il faut 7 heures de sommeil pour garder la forme !

Un truc qui vous énerve pendant le festival ?

Lorsque les compagnies ne sont pas synchro. Par exemple, lorsqu’on vous arrache vos affiches. On est tous dans le même panier, on devrait s’entraider, et être contents quand ça marche pour les autres.

De quoi ne vous séparez-vous jamais pendant le festival ?

De mes flyers. A l’instar de Betty Mahmoody qui a écrit le livre « Jamais sans ma fille », moi c’est « jamais sans mes flyers ».

Est-ce que faire le festival, c’est un super moyen de pécho ?

Ah ah… on fait beaucoup de rencontres, c’est certain. Après, pour pécho… si tu veux pécho des comédiennes, c’est tout de même mieux d’être metteur en scène ou producteur…

Est-ce que les réseaux sociaux sont importants pour vous pendant le festival ?

Oui, très. Facebook, Twitter, You Tube etc, tout est intéressant, on ne peut plus s’en passer. On est dans une société de la visibilité. D’ailleurs, je me demande s’il n’y a pas des martiens qui nous regardent en ce moment 😉

C’est quoi votre bar ou restau préféré pendant le festival ?

Le « Thy café », « La place » (pie), et « Le rendez-vous », où je déguste le meilleur couscous d’Avignon.

Selon vous, qu’est-ce qui manque, dans cette ville ?  

Avignon est une belle ville. Ce qui lui manque, c’est certainement des filles en hiver. Bon, là ce n’est pas le cas car il y a un choix énorme.

Quelle pièce vous pourriez me recommander d’aller voir (à part la vôtre) ?

« Les échos-liés », au Capitole. Ce sont des danseurs incroyables. Vraiment, allez-y ! J’aime aussi beaucoup le spectacle de Dany Mauro, l’imitateur.

Est-ce qu’à Avignon en Juillet, il fait trop chaud pour travailler ?

Oui ! La chaleur, c’est très difficile. Heureusement, les festivaliers sont sympas, ils prennent les flyers, je pense même qu’il y en a qui en font des collections !

Imaginons qu’à la fin du festival, vous m’emmeniez en vacances, on part ou ?

Faut qu’on retrouve de la fraîcheur, je vous emmène au Groenland. Une semaine dans un igloo !

Entretien réalisé par Virginie Spies.

Sebastien Barrio, « Pour X raisons », jusqu’au 31 Juillet à l’Antidote théâtre, à 20 heures (clic, clic, clic).

 

 

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu