La Nouvelle Edition, vue de l’intérieur

dans La Nouvelle Edition Canal+

Au cours du mois de mai, j’ai rendu visite à l’équipe de La Nouvelle Edition de Canal+. La semaine suivante, une partie de mes étudiants de L2 info-com d’Avignon ont fait de même.

Ces visites faisaient suite à mon cours de Sémiologie à l’université, où nous avons (sur proposition de William Rejault, le community manager de La Nouvelle Edition) étudié l’émission tout au long du semestre. Nous avons travaillé sur le live-tweet de l’émission pendant plusieurs séances, et les étudiants ont écrit des articles sur ce programme. Vous pouvez les retrouver ici, et d’autres arrivent encore. L’idée était de mêler la théorie à la pratique, et donc de faire découvrir la sémiologie aux étudiants à travers l’analyse d’une émission quotidienne.

L’envers du décor

C’est toujours intéressant de voir l’envers du décor, surtout lorsque vous connaissez bien une émission pour l’avoir analysée pendant plusieurs mois. Il reste toujours des choses à découvrir : Le plateau et le public en train de se mettre en place, le calme qui règne même si nous sommes à 10 minutes du direct, comme un ballet qui semble parfaitement réglé.

Au fil de notre visite, je rencontre les chroniqueurs de l’émission, une bise à Nicolas Domenach, la poignée de main à Ali Badou, le bisou à Pierre-Emmanuel Barré et Julia Mokhou A chaque fois, William me présente comme étant « docteur en télé », ce qui a pour effet chez les chroniqueurs de me regarder de façon un peu inquiète.

C’est parti !

L’invité du jour est Henri Guaino. En coulisses, il retravaille son brushing et vérifie sa coiffure grâce au miroir de la maquilleuse. Son sourire ne cache pas son côté très tendu à l’idée de débattre avec Nicolas Domenach.

Top départ. Emilie Besse est aux côtés d’Ali Baddou pour le lancement de l’émission.

Je retrouve quelque chose de passionnant à la télévision : cet écart entre la tension du direct une fois que l’émission est lancée, et le monde qui continue de tourner tout autour du cadre, tout ce qu’on ne voit pas à la télé.  Les cadreurs, les maquilleuses, les coiffeurs, la scripte, le réalisateur… chaque métier est important, et la réussite de l’émission dépend des actions de tous. 

« Y a plus d’électricité à Cannes ! »

Ensuite, William m’accompagne en régie. Le tableau de bord du réalisateur n’a rien à envier au cockpit d’un Airbus A380. L’ambiance est à la fois très concentrée et de bonne humeur. 

 

Pendant les informations, quelqu’un lance « Y a plus d’électricité à Cannes » ! « Hein ? » répondent les autres ? « Plus d’électricité, plus rien ! Donc pas de direct avec Cannes ». Une fois l’information passée, on continue à faire avancer la machine, ce sont les inconvénients du direct. Le journal continue, l’émission aussi. « Rhooooo » font quelques uns lorsque Pierre-Emmanuel Barré fait son sketch en direct.

La Nouvelle Edition, est une grosse machine cependant très humaine. A l’écran, on y voit une équipe. Côté coulisses, ce sont des dizaines de personnes œuvrent pour produire  1 h 40 d’émission en direct chaque jour de la semaine.

Virginie Spies.

 

A lire aussi

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...
DMPP #5 - La communication politique

DMPP#5 – La Communication Politique

Que s’est-il passé en matière de communication politique pendant la dernière campagne présidentielle ? La télé a-t-elle toujours autant

En lire + ...
Les pouvoirs du direct - DMPP #4

DMPP #4 – Les pouvoirs du direct

A quoi servent les émissions en direct ? Depuis quand ça existe, pourquoi on aime ça et en quoi

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu