« Prêt à Penser », quand la danse devient critique

dans Fest. Avignon 2014

Prêt-À-Penser ce sont trois danseurs évoluant au milieu d’une scénographie aussi épurée que recherchée. Le Collectif 2 Temps 3 Mouvements utilise chaque geste, chaque son, chaque souffle pour mettre en mouvement plus qu’une chorégraphie, le miroir d’une société ou l’individu tend à ne plus penser par lui même et qui lutte malgré tout pour sortir des dictats autant que des idées préconçues, qui passe son temps à effleurer et toucher l’autre tout en recherchant sa propre identité.

À travers la danse et les jeux de lumières, à travers une mise en scène inventive et parlante, les trois artistes parviennent à s’exprimer de manière parfois enivrante, toujours subtile, mais surtout, originale. Les corps semblent alors aussi expressifs que des paroles et sur scène, la danse devient parfois théâtre.

Empreint de force autant que de poésie, les danseurs se meuvent avec grâce ou se désarticulent comme des pantins. Les feuilles d’un journal, une chaise ou des cintres reliés à de longs fils prennent alors un autre sens sur scène. Par le biais du hip-hop, Nabil Hemaïzia, Santiago Codon Gras et Nacim Battou se battent et se débattent avec talent et beauté durant 50 minutes poignantes.

Jusqu’au 27 juillet (relâche le 22) au théâtre de l’Oulle à 14h30 : clic, clic, clic.

Marie-Caroline Neuvillers.

Quelques mots sur l’auteur:

Marie-Caroline Neuvillers prépare une thèse, et écrit des choses sérieuses le jour pour gagner sa vie honnêtement, puis le soir venu, écrit des choses avec du lol dedans sur le Festival d’Avignon. Elle passe donc son temps à faire semblant de se plaindre alors que dans la vraie vie elle adore les touristes et le mec qui distribue la Terrasse. Mais toujours pas les gens qui disent « en Avignon ».

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu