Dire ou ne pas dire : la gardienne des histoires

dans Fest. Avignon 2015

dire

Dire ou ne pas dire, telle est la question que pourrait se poser la gardienne de cet immeuble peuplé de femmes, et témoin jamais vraiment invisible de leur vie, de leur disputes, de leur découvertes et expérimentations.

Bercé par la voix d’Elvis, s’entremêle sur scène Fanchon et Suzanne, Phèdre et Oenone, Giacinta et Vittoria ou Eléna et Amy dans des dialogues empruntés aux textes classiques qui vivent et revivent dans un cadre nouveau, qui sont désormais une histoire dans l’histoire. On mélange les époques, les styles et les intensités avec pour fil conducteur, cette gardienne qui semble ne pas oser exister pour elle mais bien pour rendre service aux autres. Et pour son Elvis, dont elle s’enivre toujours trop brièvement de la voix.

Sans doute que tout pourrait aller un peu plus loin dans cette création, plus de transitions, de liens entre les scènes et les personnages, plus de rythme, de décor et plus de lumière sur notre gardienne dont on voudrait mettre à jour le mystère… Des « plus » qui manquent mais que l’on a tendance à oublier devant le jeu des trois comédiennes, devant leur justesse et leur plongée en chaque personnage qu’elles interprètent tour à tour.

Dire ou ne pas dire emporte de locataires en locataires, de récits en récits, pour bâtir une histoire, l’histoire de celle qui se doit d’être discrète au milieu des indiscrétions, de celle qui fait de chaque spectateur un témoin de son histoire…

Marie-Caroline Neuvillers

Dire ou ne pas dire à 16h30 jusqu’au 26 juillet,  au théâtre des Italiens : clic, clic, clic.

Marie-Caroline Neuvillers prépare une thèse, et écrit des choses sérieuses le jour pour gagner sa vie honnêtement, puis le soir venu, écrit des choses avec du lol dedans sur le Festival d’Avignon. Elle passe donc son temps à faire semblant de se plaindre alors que dans la vraie vie elle adore les touristes et le mec qui distribue la Terrasse. Mais toujours pas les gens qui disent « en Avignon ».

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu