Festival 2015 : Au théâtre citoyens !

dans Fest. Avignon 2015

Parade off

Pendant trois semaines, l’équipe du Semioblog est au festival d’Avignon. Ce vendredi, Géraldine a testé pour vous la grande parade du festival OFF.

Oyez, Oyez, Festivaliers ! Le coup d’envoi est lancé. Cette année, le festival commence sur les chapeaux de roue avec une parade haute en couleur.

Aujourd’hui – et pour la première fois en huit ans de festival – je vais à la parade d’ouverture. Vous allez me dire : « Scandale ! ». Eh bien, oui…

Avant de m’y rendre, je réfléchis à ma chronique pour le Semioblog. Que vais-je raconter ? Et puis de fil en aiguille, je constitue un scénario en béton : « La parade vue par un touriste en vacances venu voir Avignon et ses alentours ». Vous savez, celui qui n’est pas venu pour le festival et qui pense tomber sur des champs de lavande, des cigales et des parties de pétanque. Celui qui, sur son chemin pour se rendre au Palais des Papes, se retrouve nez à nez avec la fameuse parade.

Voici le scénario : Le touriste paumé se retrouve au milieu du chaos festivalier. Pour lui, aucun doute possible, c’est sûrement la grève. Les Français sont toujours en grève c’est bien connu. Et oui, je sors la carte facile et stéréotype. La France est un peuple de révolte… de révolte ? Mais ceci est une autre histoire…

Baskets aux pieds, sac à dos, plume à la main, scénario, GRANDE PARADE ME VOILÀ.

Une marée de banderoles, de costumes et de microphones s’agitent Place de l’horloge. L’ambiance festivalière bat son plein. Mon personnage se construit, il commence à rêver, à voyager dans les profondeurs de mon imaginaire. Vous savez ? Ce moment précis où la frontière du réel et de la fiction s’entremêlent, où les idées prennent vie devant vos yeux. Mais voilà, j’ai certainement pensé trop fort et avec trop de convictions. Figurez-vous que  des manifestants m’ont piqué mon idée, ont spoilé mon histoire. Car il n’y a pas une, mais bien deux manifestations au rendez-vous annuel des festivaliers. D’un côté, nous pouvons apercevoir le Collectif Antinucléaire, de l’autre un groupe de soutien à la Grèce et au centre, les compagnies qui tentent de se faire entendre.

La parade est devenue manifestation et vice versa. Finalement, tout est affaire de déambulation. Toute la ville d’Avignon est en ébullition pour une durée éphémère. Penseurs, artistes, passants et spectateur foulent les pavés de la ville dans un mouvement similaire, seules les motivations diffèrent.

Plus qu’un bazar, c’est la cacophonie totale… Les insultes fusent et au milieu des brouhaha, les slogans des trois groupes se font entendre. Et maintenant, c’est la guerre ! Les discours du directeur du Festival Off, Greg Germain et de la Maire d’Avignon, Cécile Helle sont recouverts par le bruit de la joute verbale, la tension est palpable mais je n’ai pas envie de choisir mon camp.

Pourtant, le festival d’Avignon reprend sa place avec la compagnie ZIC ZAZOU, ses cheminots et son char mécanique. Il paraît que le théâtre et la musique adoucissent les mœurs, tant mieux.

Pour ma part, j’ai trouvé mon slogan pour ce festival 2015 : Au théâtre citoyens !

Géraldine Rauzada.

Géraldine Rauzada, alias Natacha, est en deuxième année de licence d’Information et Communication à l’Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse. Curieuse de tout et amoureuse du spectacle vivant, elle rejoint la SemioTeam pour le festival Off 2015 !

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu