« J’adore ce que vous faites » ou le problème avec les célébrités à Avignon

dans Fest. Avignon 2015, Medias

Laetitia Casta

Soyons francs, si au festival d’Avignon on croise une majorité de comédiens presque morts d’une insolation à force de tracter, de touristes qui ne comprennent pas pourquoi des gens presque morts veulent leur donner des tracts et de comédiens dont on ne sait pas trop s’ils font du théâtre de rue ou s’ils sont simplement ivres à 17h30, il n’est pas non plus impossible de croiser des… CÉLÉBRITÉS.

Je te vois déjà pousser un soupir en haussant les épaules, parce qu’évidemment quand tu marches rue des Teinturiers un samedi après-midi par 50°, c’est uniquement l’amour de l’art qui t’anime et pas du tout cette vieille rumeur persistante qui dit que parfois on y croise Ewan McGregor.

D’ailleurs c’est le hasard le plus total qui t’as également conduit à déjeuner et dîner 14 fois chez Christian Etienne en entamant ton PEL depuis le début du festival, et absolument pas parce que tu as lu quelque part qu’il n’était pas impossible d’y tomber sur Amira Casar. Et non de toute façon ça ne t’intéresse pas du tout de tomber sur Amira Casar.

Évidemment.

Mais quand même.

Non, ne rougis pas. Toi aussi tu as ressenti ce léger frétillement de joie en apercevant Patrice Laffont parce que tu as passé tous tes samedis soir de 1995 à 1999 devant Fort Boyard. Toi aussi tu t’es émerveillé de croiser Édouard Baer en repensant à ces phases d’éveil qu’il t’a provoqué en présentant les César. Toi aussi tu es allé vérifier sur Google quand tu as croisé Tex et qu’on t’a dit « eh c’était pas Tex ? » parce qu’en fait tu ne sais pas qui est Tex.

Forcément il y a plusieurs types de célébrités au festival d’Avignon, du coup il y a aussi plusieurs degrés de réactions.

D’abord il y a le mec que tu as vu à la télé, mais tu ne sais plus dans quoi, ni quand et tu es infoutu de te rappeler de son nom. Le mec que tu as vu à la télé qui vient présenter le 143769836 one man show de mec vu à la télé qui va parler de télé. Le mec que tu as vu à la télé, c’est un peu comme ce pixel cassé sur un écran : au début tu ne le remarques pas, et puis ton œil s’accroche dessus une micro seconde, et c’est foutu. Tu ne vois plus que lui. Là c’est pareil : tu es place des corps saints en train de descendre ton huitième Pac à l’eau, tu ne le remarques pas, et puis ton œil s’accroche dessus une micro seconde et là c’est foutu. Tu parcours les 3000 pages du programme du OFF pour te rappeler de son nom en commandant ton neuvième Pac.

Ensuite il y a l’humoriste homme ou femme. Ce sont les plus nombreux au festival en terme de célébrités, potentiellement tu as donc chaque jour une chance sur trois de leur coller un coup d’épaule par mégarde dans la rue, ou qu’eux mêmes marchent sur ta tong en allant prendre l’apéro. L’humoriste est généralement la célébrité dont tu ne te caches pas de l’avoir reconnu, tu te sentiras tout à fait à l’aise par exemple de la fixer très longuement en expliquant à la personne qui t’accompagnes qu’il/elle est vachement drôle. De même, aucun problème à la pointer du doigt, même si le dit doigt n’est plus qu’à 25cm de l’œil de l’humoriste. Ça n’est pas grave, c’est un humoriste donc il a de l’humour. Et s’il/elle se met à gueuler parce qu’il/elle s’est pris un cinquième doigt dans l’œil aujourd’hui, tu pourras en plus raconter à tes amis qu’en vrai « c’est un vrai connard/connasse ».

Il y a aussi la GROSSE célébrité. Non mais pas grosse au sens littéral du terme. Enfin peut-être si, mais la célébrité très très célèbre. Souvent, la grosse célébrité n’est pas à Avignon pour jouer mais simplement pour profiter du festival ou venir voir un ami sur scène avant de retourner se planquer dans le Luberon. À la différence des autres, elle n’a donc pas la moindre envie d’être particulièrement reconnue parce qu’elle n’a aucune salle à remplir.

La grosse célébrité provoque le plus souvent chez le festivalier une réaction proche de la crise d’épilepsie. Par exemple, imagine que tu marches entre la rue des Lices et la rue des Teinturiers quand soudain, tu aperçois Clémentine Célarié et derrière elle, Isabelle Hupert ou Ewan McGregor ou Jean Dujardin ou Kristin Scott Thomas ou Laetitia Casta (voire tous les cinq ensemble même). D’abord il y a l’arrêt brusque, provoquant un violent embouteillage de piétons, et le souffle coupé. Ensuite il y a le tremblement frénétique, bouche ouverte, bave aux lèvres. Suivi d’une totale perte de moyen et d’un débit de parole extrêmement confus, semant souvent le trouble chez l’accompagnateur qui lui, ne comprend pas pourquoi Clémentine Célarié peut bien soudainement faire cet effet. Proche de la perte de conscience, un instinct presque animal se réveille pourtant : l’instinct du « il faut que je lui dise quelque chose ».

Grave erreur.

Ce cruel paradoxe temporel qui veut que le seul moment de ta vie où tu rencontres une grosse célébrité que tu chéris est également le pire moment pour lui adresser la parole car tu es dans un état proche de l’apoplexie. Alors que tu as prévu un petit discours à la fois court, intelligent, drôle et pas trop intrusif, démontrant subtilement combien tu es calé en cinéma et en théâtre, tout ce qui sortira malheureusement de ta bouche est le slogan officiel du fan en état de choc : « j’adore ce que vous faites ».

Si on ne s’habitue pas spécialement à tomber nez à nez avec la dernière couverture des Inrocks ou de Vanity Fair, en revanche, il y a des célébrités qui deviennent à peu près aussi courantes à croiser que le mec qui distribue La Terrasse ou un touriste qui glisse sur une affiche. Par exemple, il est assez rare que l’on entende s’écrier « OMG les Chevaliers du Fiel ! » ou alors « Sacrebleu, mais c’est Clémentine Célarié ! » (voir plus haut) ou même « j’arrive pas à croire que j’ai mangé de la tapenade en face de Gustave Parking ! ». Ici, tout comme pour le mec que tu as vu à la télé, la notion de « célébrité » peut d’ailleurs prendre un tout autre sens.

Bien sûr, il existe tout un éventail de réactions diverses et variées lorsque l’on croise une célébrité, mais entre nous, l’une des plus répandues est bien sûr de faire semblant de ne pas reconnaître la dite célébrité ou de faire comme s’il était tout à fait naturel qu’elle soit assise à côté de toi en train de boire une bière ou juste derrière toi au théâtre. Ce qui peut donner l’air légèrement figé, ainsi qu’une grosse courbature dans la nuque à force de s’empêcher de se retourner. Parce que tu es bien trop cool pour te retourner. « Ah ? Christine and the Queens était derrière moi pendant 2h ? Je n’ai pas fait attention du tout » diras-tu, l’air détaché, le cou anormalement bloqué à 45° vers la droite.

Cela dit, peu importe qui tu croises et ce que tu diras, car n’oublie jamais que la célébrité est avant tout un homme ou une femme comme toi : suant et assoiffé, cherchant à éviter le mec qui distribue La Terrasse et surtout, perdu au milieu de tas d’autres célébrités.

Marie-Caroline Neuvillers

Marie-Caroline Neuvillers prépare une thèse, et écrit des choses sérieuses le jour pour gagner sa vie honnêtement, puis le soir venu, écrit des choses avec du lol dedans sur le Festival d’Avignon. Elle passe donc son temps à faire semblant de se plaindre alors que dans la vraie vie elle adore les touristes et le mec qui distribue la Terrasse. Mais toujours pas les gens qui disent « en Avignon ».

 

A lire aussi

DMPP #3 – Politique People

Pourquoi les politiques dévoilent-ils leur vie privée ? Pourquoi on vole leur intimité, depuis quand ça existe et comment

En lire + ...

DMPP #2 Pourquoi on regarde la télé-réalité (ou pas) ?

Pourquoi votre maman, votre voisin, votre fils, ou vous-même regardez la télé-réalité ? Hein, pourquoi ? Retour sur 15

En lire + ...

« Des médias presque parfaits », pour un droit de citation

Bonjour à tous, Comme vous l’avez vu, notre première vidéo de #DMPP au sujet de la télé qui parle

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu