Le roi Lear, Marisol, et moi

dans Fest. Avignon 2015

LE ROI LEAR -

Vendredi 10 Juillet, 21 h 50. J’entre dans la Cour d’Honneur du Palais des papes pour voir Le roi Lear. La pièce, traduite et mise en scène par Olivier Py ne fait pas l’unanimité mais peu importe, je ne suis pas influençable.

Exceptionnellement, je n’ai pas pris mon carnet car je ne souhaite pas écrire une chronique sur cette pièce, j’ai l’impression que tout a déjà été dit.

Dans ma main gauche : mon billet. Place  61. Rang H. Zone 3.

Dans ma main droite : ma cigarette électronique que je garde toujours sur moi, comme un doudou.

La personne chargée de m’indiquer ma place me met en garde : on ne peut pas vapoter ici Madame. J’acquiesce et replace ma cigarette dans la poche de mon jean. Ça m’est égal, je suis une warrior du vapotage, une rebelle de la loi. Je sais qu’on ne peut pas vapoter dans les lieux publics, ni au travail depuis peu, et ceux qui me suivent sur Twitter savent que ces nouvelles dispositions me rendent dingues car le vapotage me permet de m’éloigner de la cigarette.

Bref.

Je vais voir Le roi Lear, et je sais d’avance que si je veux tirer sur ma cigarette électronique, personne ne m’en empêchera car dans le fond, tout le monde s’en fiche, sauf la ministre de la santé, Marisol Touraine.

Une fois que j’ai trouvé la bonne rangée, je dérange tout le monde pour rejoindre ma place. J’y arrive enfin. Et je m’assois, et constate que je suis assise…

… à côté de la ministre de la santé, Marisol Touraine.

Je regrette de ne pas avoir pris mon Moleskine. TU LA SENS TA CHRONIQUE LA ?

Damned. J’oublie le roi Lear et ses emmerdes, je suis concentrée sur cette charmante dame, que j’ai saluée et je n’ai qu’une envie, lui dire ce que je pense sur la question du vapotage. Mais d’un autre côté, je n’ai aucun désir de l’ennuyer avec un tel sujet, alors qu’elle est venue voir une pièce de Shakespeare.  Afin de mieux réfléchir à tout ça, j’ai envie de tirer sur ma cigarette électronique, mais forcément : NON.

Mon compagnon arrive et rejoint sa place, 2 rangs avant le mien. Personne à côté de lui. J’envisage de le rejoindre et explique la situation aux dames qui se trouvent entre nous : Alors voilà, mon chéri est juste là, et du coup, quand la lumière s’éteindra juste avant le spectacle, je vais peut-être enjamber vos places pour le rejoindre…

« Mais… allez-y tout de suite » me lance la ministre sur un ton enjoué.

Et en plus, elle est sympa.

Les lumières s’éteignent, je le rejoins. La pièce commence.

Je ne vapote pas. Le roi Lear non plus.

Certains spectateurs mécontents quittent la cour d’honneur au bout de 30 minutes… Marisol fera de même après 1 h 30. Oui, oui. La ministre est partie.

Je n’ose imaginer qu’elle est sortie pour aller vapoter tranquille.

J’essaye de me concentrer sur la pièce. A la fin tout le monde meurt, alors que personne n’a tiré sur aucune clope électronique. Funeste destin.

Au bout de 2 h 45, je quitte la cour d’honneur. Je n’ai pas vapoté de toute la soirée, saisie par une sorte d’angoisse qui vous prend lorsque vous êtes un enfant et que vous savez que la maîtresse vous a à l’œil.

Je rentre chez moi et me précipite sur mon carnet pour y écrire tout ça. Dans ma main droite, mon stylo. Dans ma main gauche, ma cigarette électronique.

Virginie Spies.

A lire aussi

DMPP #3 – Politique People

Pourquoi les politiques dévoilent-ils leur vie privée ? Pourquoi on vole leur intimité, depuis quand ça existe et comment

En lire + ...

DMPP #2 Pourquoi on regarde la télé-réalité (ou pas) ?

Pourquoi votre maman, votre voisin, votre fils, ou vous-même regardez la télé-réalité ? Hein, pourquoi ? Retour sur 15

En lire + ...

« Des médias presque parfaits », pour un droit de citation

Bonjour à tous, Comme vous l’avez vu, notre première vidéo de #DMPP au sujet de la télé qui parle

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu