Nous sommes Simone

dans Fest. Avignon 2015

Simone

Parce que depuis quelques années on voit la poitrine des Femen militer un peu partout, qu’il faut se filmer en caméra cachée pour faire prendre conscience à tous que dans la rue, le surnom de la jupe souvent c’est « salope », une rétrospective drôle et intelligente sur les droits (ou les non-droits) de la femme semblait nécessaire.

Sur scène, trois générations de femmes se succèdent. Celle qui s’émerveille de l’arrivée de Moulinex au foyer, celle qui s’enthousiasme du remboursement de la pilule, et celle qui en apparence a le choix… A leur côté, Simone, un fil conducteur, une voix. Une voix qui époque après époque, indique et informe des avancées plus ou moins frileuses qui, durant ces soixante années, sont toujours empreinte d’un peu de « oui, mais » …

Quatre comédiennes aussi talentueuses qu’énergiques évoluent dans une mise en scène à la fois simple et originale, jonglent entre jeu et « intermèdes musicaux » à pleurer de rire. Drôle mais vrai, juste et fin, jamais revanchard pour autant, il s’agit ici de redonner du sens. De ne pas oublier que non, personne n’est pourvu du gène de l’aspirateur, que oui, les femmes ont le droit d’exercer tous les métiers mais pas d’être payées au même prix que les hommes, que les femmes ont le droit de prendre du plaisir sans forcément procréer, sans forcément se faire insulter. Garder en mémoire que ce qui peut paraître acquis aujourd’hui était une bataille hier.

Marie-Caroline Neuvillers

Jusqu’au 26 juillet à 15h15  au Collège de la Salle : clic, clic, clic.

Marie-Caroline Neuvillers prépare une thèse, et écrit des choses sérieuses le jour pour gagner sa vie honnêtement, puis le soir venu, écrit des choses avec du lol dedans sur le Festival d’Avignon. Elle passe donc son temps à faire semblant de se plaindre alors que dans la vraie vie elle adore les touristes et le mec qui distribue la Terrasse. Mais toujours pas les gens qui disent « en Avignon ».

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu