« NON MAIS DIS DONC ! Et les bonnes manières ? » un parfait duo

dans Fest. Avignon 2015, Fest. Avignon 2016

Le théâtre vu par un adulte, et par un enfant.

Regards croisés sur la pièce « Non mais dis donc ! Et les bonnes manières ? »

Non mais dis donc !

Tout d’abord, avec ce titre, on a cru à un manuel à l’usage du festivalier. Celui qui, dans Avignon, vous coupe la route, s’arrête d’un seul coup rue des Teinturiers, ou laisse son téléphone portable allumé pendant le spectacle.

Mais en fait pas du tout. Enfin… pas seulement.

Ce duo, spectacle humoristique interprété pas les excellents Marie-Hélène Goudet et Serge Hatem nous parle des incivilités et mauvaises manières avec facétie. Entre Charlie Chaplin et Laurel et Hardy, les comédiens nous emmènent dans show burlesque qui nous pose aussi des questions : comment aménager de la place pour l’Autre dans nos vies, comment réagir face à quelqu’un de plus grand que nous, et comment ne pas rire des maladresses des autres ?

En filigrane, on peut y voir aussi un message : celui de la place de nos contemporains dans nos vies. On ne peut que pendre du plaisir à voir ce spectacle mené à tambours battants, rythmé comme une chorégraphie de claquettes et qui met le doigt sur les petites incivilités du quotidien.

Ce duo fonctionne à merveille, ne loupez pas ces comédiens.

Virginie Spies

J’ai trouvé ce spectacle amusant, très rythmé et instructif tout en restant ludique. En grossissant certains traits, il peut nous alerter sur nos petits défauts.

Le public a une bonne interaction avec les comédiens.

Je recommande ce spectacle pour les petits et les grands.

Tabatha Spies-Fouchard

Jusqu’au 30 juillet au théâtre des barriques, à  13 h 25, clic, clic, clic.

Quelques mots sur le plus jeune auteur :

Tabatha a 11 ans. Dans la vraie vie, elle va l’école, fait du théâtre et se pose beaucoup de questions. Pendant le festival, elle arpente les rues d’Avignon avec son carnet et son stylo et va voir des pièces jeune public pour en parler sur le Semioblog.

 

 

 

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu