Piano Furioso (opus 2), pour l’amour de l’art

dans Fest. Avignon 2016

Piano Furioso

La scène démarre avec le concertiste en queue-de-pie qui s’installe derrière son piano. Pour notre plus grand plaisir, le musicien décide de casser les codes du genre et de nous raconter le piano en toute intimité.

Gilles Ramade nous emmène avec virtuosité de ces débuts en solfège à la vie de concertiste en passant par les folles soirées du piano-bar.

Il dévoile les codes de la musique pour mieux nous en faire apprécier les subtilités. La force de Piano Furioso réside dans cette oscillation entre l’humour et la qualité du pianiste : l’amour de l’art en somme, que nous ne pouvons que partager avec Gilles Ramade qui arrive à rendre accessible la musique pour les profanes, tout en faisant rire les musiciens avertis.

Ne serait-ce pas ceci, le théâtre ? Un art qui nous réconcilierait avec nos freins, qui nous parlerait à tous mais de façon différente selon ce que nous sommes ?

Dans cette nouvelle mise en scène de Jeremy Ferrari, le musicien nous livre une version encore plus dynamique de la première version de son spectacle.

Allez-y, les yeux fermés (et pour cause) mais dépêchez-vous car les places commencent déjà à manquer.

Guillaume Hidrot et Virginie Spies.

Jusqu’au 30 Juillet à 14 h 20 au Pandora théâtre (clic, clic, clic)

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu