Attente, nom féminin, action d’attendre quelque chose, d’attendre quelqu’un…

dans Medias

Juillet, Avignon, le festival a envahi les rues. Avignon s’est vêtue de sa plus belle tenue : les affiches. Qu’on soit IN, dans le coup, ou un peu à la marge, OFF, fatigués ou en forme, on est tous les bienvenus. D’ailleurs la ville est bondée, on a chaud. Certains jours, on peut même rencontrer la canicule, mais pas de panique, les tracts, habituellement là pour nous guider, s’improvisent éventails. Avignon devient synonyme d’une grande course folle, un tour de France dans la ville, où sur le bas-côté on attend impatiemment les troupes. Des spectacles se jouent et se rejouent, d’autres s’improvisent. Avignon devient fête, une fête folle aux allures de Culture.

Juillet, Avignon, la ville toute entière devient théâtre. Certains diront le théâtre de la vie, moi avec audace, ou pas, je dirais le théâtre de l’attente. Oui, mesdames et messieurs, en juillet, à Avignon, l’attente est inévitable ! Peu importe l’heure, peu importe le moment, le lieu, on se met à attendre quelque chose… À attendre quelqu’un.

Juillet, Avignon, l’impatience a envahi les rues. On est tous impatient de plaire, de rire, de pleurer, de danser, de surprendre ou encore de se laisser surprendre. Le désir nous étouffe comme la chaleur. Certains transpirent un désir fort de conquérir le monde avec talent. D’autres, timidement mais ardemment, désirent se faire séduire dans le noir, sans dire mot, sur un siège, au frais, avec la clim…

Juillet, Avignon, les files d’attente se font et se défont au gré du vent, ou devrais-je dire, du Mistral. Les attroupements d’espoirs encombrent l’ancienne papauté. L’attente est inévitable : aux abords des navettes, devant les théâtres, à l’intérieur des théâtres, aux terrasses des cafés, partout, tout le temps, on attend, encore et toujours.

Juillet, Avignon, la joie, la colère, l’ennui, l’incertitude et l’envie se mêlent et s’entremêlent dans les queues, les files, les rangées et autres. On a peur d’être déçu, on a hâte de rire, on a chaud… On est empressé de le voir, on somnole, on est bouillant de s’émouvoir, on est nerveux… Et si on avait fait le mauvais choix ?  Et si c’est nul ?  Puis, on a encore chaud, on attend. Plus l’attente se prolonge, plus le désir ou la crainte s’accroissent, plus on a chaud, plus on a soif, et puis, et puis… plus on vit quoi ! Oui, les files, les queues, les rangées, c’est long, c’est nul, c’est chiant. Mais dans le fond, n’est-ce pas là le plus beau spectacle que la ville nous offre ? IN ou OFF, théâtre ou pas, on est tous à égalité, on attend tous, dans l’ennui ou l’euphorie, dans la joie ou la tristesse, dans la richesse ou la pauvreté. On attend, et l’attente, n’est-ce pas la plus belle des pauses qu’Avignon peut nous offrir en juillet ?

Juillet, Avignon, le temps suspendu est offert : l’espoir a envahi la ville.

Fin Juillet, Avignon, fin du festival, les rues sont vides, il n’y a plus de file, plus de queue, plus de rangée. Les rues sont vides. Personne n’attend… Sauf moi, j’attends le prochain mois de juillet, le prochain festival. Vite.

Judith Caceres

__

Judith Caceres est inscrite en première année de Doctorat à l’université d’Avignon. Sous la direction d’Emmanuel Ethis, de Virginie Spies et de Rachid El Azouzi, tous les jours elle décrit et écrit le phénomène YouTube, sauf en juillet… En juillet, elle fait une pause et elle part à la conquête du off.

 

 

A lire aussi

Et si dans la mer il y avait des crocodiles ?

Enaiatollah Akbari, afghan et hazara, a dix ans lorsqu’il se réveille un matin, seul, dans un pays étranger. Il

En lire + ...

Les gens l’appelaient l’idole des jeunes…

Le terme « héros » désigne un surhomme capable de relever d’innombrable défis. Au sens littéraire, le héros est

En lire + ...

Ma plus belle histoire d’amour, c’est Amsterdam !

  Deux artistes préparent un spectacle hommage à l’amitié entre Barbara et Brel. L’un compte imiter, l’autre veut interpréter.

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu