Et si dans la mer il y avait des crocodiles ?

dans Festival Avignon 2019

Enaiatollah Akbari, afghan et hazara, a dix ans lorsqu’il se réveille un matin, seul, dans un pays étranger. Il a dix ans lorsque sa vie bascule.

Parce qu’il est hazara, Enaiat est considéré comme esclave par les pachtounes et les talibans. Ces derniers les persécutent et les éliminent. Ainsi, en abandonnant son fils de l’autre côté de la frontière, celle qu’on nommera mère, donne une chance à Enaiat de sauver sa vie.

L’épopée tragique commence. Cinq années d’exil. Cinq années de vie. Cinq années de survie.

Enaiat avec son regard d’enfant, son courage et sa détermination nous raconte son périple  :  fuir l’Afghanistan, aller au Pakistan, marcher, se retrouver en Iran, travailler, cheminer à travers la Turquie, survivre, traverser la mer, fuir, passer par la Grèce, marcher encore, arrivée en Italie. Enfin. L’espoir. L’espoir d’une vie meilleure.

D’après le récit Dans la mer il y a des crocodiles de Fabio Geda, Crocodiles est une pièce adaptée et mise en scène par Cendre Chassanne et Carole Guittat.  Au plus près du public, Rémi Fortin seul en scène interprète avec brio le jeune Enaiat. Il nous raconte les faits, sans pathos, simplement les faits : l’histoire vraie d’Enaiatollah Akbari. Ou encore, l’histoire vraie de milliers d’enfants migrants, réfugiés, exilés.

Crocodiles est un conte contemporain, tragique et pourtant rempli d’espoir, qui s’adresse à la fois aux grands et aux petits, qui dure 55 minutes et qui parle avec justesse, émotion et courage de l’exil, le mal de notre siècle.

__

Crocodiles jusqu’au 26 juillet 2019 à 13h25 au théâtre 11• Gilgamesh Belleville (clic, clic, clic )

__

Judith Caceres est inscrite en première année de Doctorat à l’université d’Avignon. Sous la direction d’Emmanuel Ethis, de Virginie Spies et de Rachid El Azouzi, tous les jours elle décrit et écrit le phénomène YouTube, sauf en juillet… En juillet, elle fait une pause et elle part à la conquête du off.

A lire aussi

C’est un beau roman, c’est une belge histoire (…)

(…) que nos voisins d’outre-Quiévrain entretiennent avec Avignon et avec son festival. Les Belges sont très nombreux au Festival

En lire + ...

Attente, nom féminin, action d’attendre quelque chose, d’attendre quelqu’un…

Juillet, Avignon, le festival a envahi les rues. Avignon s’est vêtue de sa plus belle tenue : les affiches. Qu’on

En lire + ...

Ma plus belle histoire d’amour, c’est Amsterdam !

  Deux artistes préparent un spectacle hommage à l’amitié entre Barbara et Brel. L’un compte imiter, l’autre veut interpréter.

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu