Le rendez-vous politique de Canal + : DSK « piégé » par Laurence…

dans Télévision, Vie politique et medias

image_format-1

C’est aujourd’hui, à 12 h 40, que Laurence Ferrari présentait sur Canal + sa nouvelle émission politique, « Dimanche + ».

L’objectif annoncé sur le site Internet de Canal + : « En donnant la parole à ses acteurs principaux, elle explorera les coulisses du monde politique à travers des enquêtes, des reportages et des interviews. Comment s’articule une campagne électorale, comment les états-majors élaborent-ils leurs stratégies, comment s’organise un meeting, qui conseille et influence vraiment les candidats ? »

L’émission propose de nombreux reportages, dont l’énonciation et le ton rappellent vraiment le ton des reportages « sérieux » de feu l’émission de Karl Zéro. L’angle est également le même, tant il est vrai qu’on ne réinvente pas « l’impertinence » en un été. À noter que c’est CAPA qui produit l’émission comme c’était le cas pour les reportages de l’émission de Karl Zéro. À la fin de l’émission, arrive le « grand invité ». Il s’agissait de Dominique Strauss Kahn. Une équipe de journalistes a suivi l’homme politique pendant quelques jours et l’on présente un reportage dans lequel le mari d’Anne Sinclair s’est fait piéger. En effet, à un moment, son directeur de communication demande à parler à DSK en « off ». Ils s’enferment dans un bureau, mais DSK a oublié qu’il porte toujours son micro. On peut alors entendre la conversation dans laquelle le Dir Com conseille à DSK d’aller acheter deux disques, dont l’un qui serait pour son petit fils, « Zidane y va marquer ». DSK se plie à ces conseils et parade à la fnac, devant les caméras en faisant mine d’avoir pensé lui même à acheter ce disque… On remarquera au passage qu’il est plutôt bon acteur… Retour plateau, il admet s’être fait piéger… Le reste de l’interview se déroule plutôt bien… Mais le Dir Com a dû prendre un sacré savon…

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu