Dexter, quand le héros est un assassin

dans Télévision

dex

L’autre jour, dans les commentaires du Sémioblog, Sarah avait commencé à faire une analyse très judicieuse de la série Dexter. Je vous propose ici de poursuive la réflexion sur cette série américaine diffusée en ce moment sur Canal +, chaque jeudi soir.

Le héros de cette série est donc un expert dans la police criminelle, et comme il n’aime pas les méchants, au lieu de les mettre au gnouf, il préfère les zigouiller. Il les découpe avec grand soin, alors qu’ils sont encore vivants, afin que leur victime puisse bien profiter du massacre. Comme l’a relevé Sarah, Dexter est un psychopathe qui ne peut faire autrement que de découper les très très très méchants. Il s’agit d’une sorte de Robin des Bois moderne, qui a une façon toute particulière de rendre la justice. Ce qui est très original, c’est que nous sommes face à un héros que l’on peut qualifier de « négatif »… En règle générale, un héros est plutôt sympathique, et, même s’il a des défauts, tout est fait pour que l’on s’y attache, voire que l’on s’y identifie. Mais là, c’est plus difficile, bien sûr. Cependant, il est vrai que Dexter s’humanise au fur et à mesure. Et les scénaristes ont prévu des « raisons », des justifications de son état…  En effet, des séquences le montrent avec son père adoptif, qui, ayant compris que son fiston était totalement barré, lui avait appris comment ne jamais se faire prendre… Bien éduqué le petit… J’ai observé que dans les fictions télévisuelles, il y a toujours une explication familiale… Toujours une raison à tout. La fiction télévisuelle ne peut se permettre ce que se permet parfois le cinéma ou la littérature : ne pas donner une réponse à tout.

Du point de vue de la narration, le téléspectateur en sait au moins autant que le héros, qui lui fait partager ses pensées. Cela signifie aussi que ce téléspectateur en sait beaucoup plus que les protagonistes. Il a plus de savoir que les personnages, ce qui lui permet de s’impliquer en se demandant « mais comment vont-il s’en sortir » ? Par exemple, à la fin de l’épisode diffusé jeudi dernier, on découvrait que le petit ami de la soeur de Dexter était le tueur en série qui nargue Dexter depuis le début… Il ne nous reste plus qu’à souhaiter que Dexter le comprenne vite et lui fasse la peau… Et voici comment un simple téléspectateur en arrive à être en empathie avec un tueur en série… C’est moche, vraiment moche ! Et très fort aussi…

A lire aussi

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu