Trop gras, trop sucré, trop salé, trop télé…

dans Télévision

nutella

L’autre jour, un semioblogeur évoquait en commentaire la question très intéressante d’une nouvelle forme de « tout sécuritaire » à la télévision. « Menfin » (c’est le nom du blogeur) disait la chose suivante :

« Pour votre santé évitez de manger, respirer, boire, dormir, sortir, rester, partir, réfléchir…
Oops, pardon… Tout ça pour dire qu’ « yen a marre » des conseils bienveillants de la télévision. Pas envie d’être surveillée, guidée, dirigée, coachée, éduquée.
Pourriez vous commenter cette mode du « Pour votre santé » parce que là, ça frise la crise et j’aimerai bien comprendre et surtout connaitre d’autres avis sur la question… Est-ce qu’avant tout ça on était si mauvais pour se débrouiller seuls? Heureusement que la télé est là pour nous guider vers le droit chemin du bonheur (on y revient toujours, hein?) »

Alors… à mon avis, au moins deux choses sont à distinguer car dans les fameux conseils bienveillants dont vous parlez, il y a ceux qui sont prodigués dans les programmes, et ceux qui le sont dans les publicités.

Dans les programmes, au fond, il me semble que la télévision ne fait que suivre un courant fort de la société actuelle, dans lequel il faut vivre seinement, manger bio, ne pas fumer ni boire, etc. Pour moi, cette mode arrive directement des Etats-Unis, qui depuis longtemps ont banni la clope et tout ce qui pourrait nuire à la santé. De ce point de vue, la télé fait du suivisme, comme la presse féminine et bien d’autres médias, en prodiguant des conseils.

Pour les publicités, c’est une question juridique qui se pose particulièrement, puisque, dans la loi désormais, toute publicité pour des aliments pouvant être trop ceci ou cela, doit forcément avoir la mention « évitez de manger gras, etc ». Ce qui m’ennuie, en tant que semiologue, c’est que j’ai le sentiment que certains téléspectateurs pourraient recevoir ici un message confus, en pensant que, par exemple, manger du Nutella permettrait d’éviter de manger sucré… Attention, je ne sous-estime pas les téléspectateurs, mais nous savons très bien que l’attention téléspectatorielle est inconstante, et que, durant la diffusion de la pub., on fait bien d’autres choses que regarder la télé, donc les messages sont reçus de façon discontinue.

Bien entendu, entre programmes et publicité il y a un lien extrêmement fort. C’est  même le fond de l’affaire, si je puis dire. Car si une émission prodigue des conseils sur la beauté, ce sera pour la chaîne l’occasion d’offrir à ses annonceurs un espace publicitaire qui promettra aux marques de cosmétiques un public a priori interessé par la beauté… Tout comme durex qui sponsorise L’île de la tentation… Vous aviez donc raison, la télé dit qu’il faut se protéger !

A lire aussi

Alter Ego(s), ou les autres Stanley Billigan

Stanley Billigan est un personnage hors du commun, une histoire singulière, épatante, hallucinante, et effrayante. Un seul corps et

En lire + ...

Dans la jungle, terrible jungle de Touwongka

Touwongka, la comédie musicale de la jungle, signe la prouesse de faire voyager petits et grands au beau milieu

En lire + ...

Chattologie, d’utilité publique 

  Est-il possible d’assister à une conférence sur la chatte (pas l’animal) pendant le festival d’Avignon, en apprenant des

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mobile Sliding Menu