« Secret d’histoire », l’histoire racontée comme une enquête

dans Télévision

secrets-d-histoire

Louis II de Bavière est-il mort assassiné ? Raspoutine a-t-il précipité la fin des Tsars ? Elles ont régné sur Versailles. Napoléon et les femmes. Marie-Antoinette intime. Autant de thèmes traités par « Secrets d’histoire », une émission présentée par Stéphane Bern sur France 2. L’idée est de « révéler l’histoire des passions et du pouvoir en étant au coeur des grands mystères de l’histoire ».

La promesse de cette émission est de raconter des faits historiques sur le mode de l’enquête. Une sorte de « Faites entrer l’accusé », mais en version histoire de France ou de l’Europe. L’émission emprunte d’ailleurs le même mode narratif que l’émission de Christophe Hondelatte : des « témoins » se succèdent pour agrémenter le récit. Il s’agit d’historiens, de biographes, de romanciers, ou de toute autre personne maîtrisant le sujet en question. Autour de ces différentes paroles, on alterne des images de fictions (mais sans dire de quelle fiction il s’agit, ce qui est regrettable), des images de monuments, des oeuvres, enfin bref, diverses images qui agrémentent le discours.

Les histoires sont racontées chronologiquement, afin d’inviter le téléspectateur à entrer dans le récit et à le suivre comme s’il s’agissait d’un fait divers. Certains numéros proposent aussi des discussions entre spécialistes, tandis que dans d’autres (dans le cas de l’émission « Elles ont régné sur Versailles » par exemple), Stéphane Bern se promène dans le château de Versailles, offrant une visite insolite du  monument. Le montage est rapide, donnant une véritable impression de dynamisme.

« Secrets d’histoire » est une émission finalement très intéressante, non seulement dans le sens où elle vulgarise l’histoire avec habileté, mais aussi parce qu’elle nous révèle largement une mode télévisuelle très forte en ce moment, à savoir le style de l’enquête. Tout semble pouvoir être expliqué sur ce mode, tout peut devenir un mystérieux fait divers et tout peut être raconté par des témoins. La différence majeure entre « Faites entrer l’accusé » et « Secrets d’histoire » réside simplement dans l’époque durant laquelle se sont déroulés les faits.

A lire aussi

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu