Usages d’Internet : Pour une responsabilisation des parents

dans Internet

Hier soir, Complément d’Enquête, le magazine de France 2, s’intéressait aux adolescents en crise et aux risques inhérents au statut de futur adulte. Pour commencer, un reportage se penchait sur les risques liés à Internet, et notamment aux usages de MSN.

L’affaire s’engageait très mal lorsque, au début, on a vu des jeunes filles qui ressemblaient plus ou moins aux petites jeunes filles du reportage à charge sur Facebook dans Envoyé Spécial il y a un mois : venant d’un milieu favorisé, les ados se quittent après l’école pour se retrouver sur MSN et discuter encore ensemble… Le reportage montre ensuite d’autres adolescents, et développe l’idée selon laquelle Internet est un lieu susceptible d’être extrêmement dangereux. Durant le reportage, la journaliste s’inscrit très rapidement sur MSN, et en quelques minutes, elle tombe sur un type qui s’exhibe devant sa webcam. Des enfants témoignent des problèmes qu’ils ont connus à cause d’Internet, des parents ignorent tout ce qui se passe sur le web, et des associations se débrouillent pour aller parler dans les collèges.

Ce qui est montré et expliqué dans ce reportage est vrai. MSN peut être dangereux. Mais traverser la route sans regarder aussi. Et c’est cela qui me semble gênant. Alerter sur ce phénomène est très bien. Mais on ne montre jamais, dans les médias, les aspects positifs des nouveaux médias. Le point de vue est toujours le même : Il y a du danger, et on ne sait pas quoi faire car les parents sont largués. Est-ce que la dénonciation du danger est salutaire ? On peut en douter s’il n’y a pas de solutions proposées. Ce que je reproche à ce type de reportage c’est qu’ils ne prennent jamais le temps de l’explication aux parents, il ne fait que montrer à ces derniers qu’il y en a d’autres qui, comme eux, sont largués face aux nouvelles technologies. Cela peut rassurer le parent perdu qui peut se dire qu’il n’est pas le seul dans son cas, mais cela ne peut pas l’aider à s’intéresser aux affaires de son enfant sur Internet : l’éternelle dénonciation du web contribue à sa mythification, et non à sa simplification dans les usages. Ce sont toujours les mêmes choses qui sont dites, et qui peuvent donner envie aux parents perdus d’interdire l’utilisation d’Internet, alors que ce qu’il faut, bien entendu, c’est qu’il accompagne ses enfants.

Désormais, Internet souffre du même déficit d’image que la télévision. Pourtant, il faut expliquer plutôt que de dénoncer, car une fois qu’on a dit que « tout ça c’est pas sain ma bonne dame », on n’a pas avancé d’un pas. En ce sens, je désespère de voir des journalistes compétents céder aux sirènes de la simplification, alors qu’à côté de ce type de discours, il pourrait y en avoir un qui permettrait d’expliquer. Car les parents doivent s’y mettre, ils n’ont pas le choix. C’est en s’intéressant aux activités médiatiques et multi-médiatiques de leurs enfants qu’ils comprendront comment ça marche, et qu’ils verront que tout cela est très simple. Enfin, ce type de discours développe l’idée selon laquelle nous vivons dans une société qui n’est faire que de dangers dont il faut se prémunir. Alors, il faut rester chez soi. Le problème, bien entendu, c’est qu’Internet est, comme la télé, entré dans la maison, et qu’il va bien falloir apprendre à vivre avec.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu