Putain, 20 ans ! Les Guignols de l’info., le pouvoir et la réalité

dans Télévision

gdl

Demain soir, soirée spéciale sur Canal+, pour fêter les 20 ans des Guignols de l’Info. C’est pour moi l’occasion de revenir sur cette émission, et de retrouver en même temps les marionnettes de latex qui m’ont souvent donné l’occasion d’écrire, aussi bien des articles scientifiques que des chapitres de mon livre « La télévision dans le miroir ». Je vous propose ici quelques pistes de réflexion qui me semblent, 20 ans après le début de l’histoire, encore essentielles :

– Au départ

Lorsque j’ai commencé à écrire sur Les Guignols de l’Info, c’était pour plusieurs raisons :
. Il s’agissait d’une émission de télévision citant la télévision, une émission « réflexive », et c’était l’objet de mes travaux scientifiques. Ce qui m’intéressait, c’était l’aspect parodique du journal télévisé, avec la dimension humoristique, tout en conservant une forme de parole véridique. L’affaire était donc à creuser.
. En 1995 avec l’élection de Jacques Chirac, de nombreux commentaires et même un livre ont véhiculé l’idée selon laquelle le nouveau Président avait été élu grâce au « pouvoir des Guignols ». Cette idée a éveillé mon intérêt, et je n’ai jamais pu me résoudre à l’idée selon laquelle des personnages fictifs pouvaient changer le cours de la vie réelle, voire l’histoire de la France.
. En discutant avec mes étudiants dans les années 1995-2000, j’ai compris qu’ils se servaient parfois des Guignols de l’Info pour s’informer. J’ai voulu tenter de comprendre si véritablement Les Guignols donnaient de « vraies » informations, et de quel genre.

– Vrai ou faux ?

Alors, Les Guignols de l’info… Pour de vrai ou pour de faux ? En d’autres termes, y a-t-il de « vraies » informations dans Les Guignols, et si oui lesquelles ? Ce qui me posait problème, c’est que cette émission organisait des soirées électorales qui reprennaient les codes des « vraies » soirées électorales à la télévision. Du coup, si on pouvait annoncer le « vrai » résultat d’une « vraie » élection, pourquoi ne pas donner d’autres informations ? Pour trouver la réponse à ma question, j’ai analysé Les Guignols de l’info. en parallèle avec les journaux télévisés de TF1, France 2 et Canal+. L’idée était de voir si, le même jour, les différents JT et Les Guignols disaient la même chose. Ce qui a été frappant, c’est que le JT de Canal+ et les Guignols disaient globalement la même chose, contrairement aux JT de TF1 et France 2, qui n’avaient pas la même hiérarchisation de l’information ni le même traitement. Ce qui importait, en ce sens, c’était la logique de programmation de Canal+, dont le discours « vrai » et le discours humoristique étaient proches, dans leur manière d’aborder le monde. Canal+ a toujours été une chaîne fondée sur une identité forte, identité se déclinant dans chaque genre télévisuel.

Travaillant ensuite sur le sujet de l’énonciation et donc sur celui « qui parle », j’ai analysé les différentes prises de paroles dans Les Guignols de l’Info, et ce qui est apparu c’est finalement qu’il est un sujet de l’énonciation principal et essentiel : c’est le personnage de PPD. Lorsqu’il « parle », il ne dit que la vérité. Ce sont les autres personnages qui peuvent éventuellement dire des choses qui ne sont pas vraies, mais jamais PPD. On constate donc que la question de l’énonciateur est essentielle, même lorsqu’il s’agit de sujet fictifs. Ceux qui parlent n’ont pas tous le même statut.

– Le pouvoir des Guignols

Des marionnettes de latex sont-elles capables de renverser une situation politique ? C’est ce qu’on a dit un peu partout en 1995, et c’est la question que j’ai voulu creuser. En analysant la quasi-totalité des passages médiatiques du vrai Jacques Chirac durant la campagne présidentielle, et en les analysant en même temps que les passages de la marionnette de Chirac, tout en respectant la chronologie, j’ai pu conclure les choses suivantes :

. Pendant l’élection Présidentielle de 1995, il est vrai que Les Guignols de l’Info ont véhiculé une image positive de Jacques Chirac,

. Cependant, c’est le « vrai » Chirac qui a commencé, en parlant de pommes lorsqu’il était interpellé sur France 2 par Alain Duhamel, et lorsqu’il lui a demandé d’évoquer le pommier figurant sur son livre de campagne,

. Lorsque la marionnette de Chirac a parlé de « l’effet pommier », c’est à partir du moment où le vrai Chirac a commencé à grimper dans les sondages : Les Guignols ont donc suivi une forme de réalité pour inventer la suite.

. Ce dont les médias n’ont jamais parlé, c’est de la façon dont, en fait, le « vrai » Chirac a suivi l’image préalablement construite par Les Guignols de l’info, et c’est ici l’essentiel : Chirac citait sa marionnette comme si il était lui-même ce personnage de latex, et durant les meetings, on proposait des tartes aux pommes, des compotes de pommes, bref : la réalité a suivi la fiction. En ce sens, de nombreux articles de presse reprenaient eux-mêmes des phrases préalablement écrites et entendues par Les Guignols de l’Info.

Dès lors, le vrai pouvoir des Guignols réside dans une forme de pouvoir de citation médiatique : une personne existe vraiment, elle va devenir un personnage dans Les Guignols, et le « vrai » personnage va ensuite reprendre des propos tirés de la fiction : Vrai –> Faux  –> Vrai. Ce qui a fait le succès du candidat Chirac à l’époque, c’est bien la compréhension de la part de ses équipes de communication de l’impact des Guignols, et surtout du fait que Les Guignols bénéficiaient d’une image positive. En écrivant sur le rire, Bergson a montré que savoir rire de soi-même était une force et que l’on pouvait en retirer des avantages symboliques. C’est ce qui s’est passé.

Aujourd’hui, Les Guignols de l’Info représentent moins un phénomène médiatique, puisqu’ils sont présent depuis 20 ans, et qu’ils ont pu tenir sur la longueur du temps. Peut-être moins originaux, parce qu’attendus, ils restent souvent perspicaces. Ce qu’il faut retenir, en tout cas, c’est au moins qu’ils ont inventé un ton, un style et une forme de dérision, comme Coluche en son temps et dans un autre style. Ce dont il faut se souvenir également c’est qu’ils auront marqué leur époque télévisuelle, montrant ce que peut être l’humour réflexif. Avant tout, selon moi, Les Guignols de l’info. ont toujours représenté leur chaîne, Canal+, et son style : un genre décalé, différent, voulant faire une autre télévision, tout en étant à l’intérieur du système et en érigeant la dérison comme principe régulateur.  Putain… 20 ans !

A lire aussi

DMPP #8 – Pourquoi Noël commence de plus en plus tôt ?

Les marchés de Noël font le bonheur des médias et les séries de Noël commencent dès le début du

En lire + ...

YouTube comme lieu d’expression du chercheur, l’expérience de « Des médias presque parfaits » et la question de la vulgarisation scientifique

Le 10 novembre dernier, nous avons participé au colloque « Youtubeurs, Youtubeuses » organisé par l’équipe de recherche Prim à l’université

En lire + ...

DMPP #7 – Médias, pourquoi il faut ABSOLUMENT s’en préoccuper ?

Il y a une urgence, celle d’une éducation aux médias pour tous. Les médias concernent chacun d’entre nous, et

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu