Tips, le magazine de crise

dans Medias, Presse écrite

tips

Si quelqu’un ayant disparu depuis des années revenait sur terre (pure fiction, bien sûr), et s’il me demandait de lui expliquer la société actuelle, je prendrais un nouveau magazine, dont le premier numéro a paru la semaine dernière. Il s’agit de « Tips », qui se définit lui même comme « le premier magazine anti-crise ». Tout, dans ce nouveau féminin nous parle de la société telle qu’elle est, telle qu’elle se dit, telle qu’elle se pense, à l’aune des médias. Et ce n’est pas rassurant.

Tips est un magazine qui paraît un lundi sur deux et qui surfe sur la crise. Oui, parce que la crise, ce n’est pas seulement un phénomène social, c’est aussi un phénomène de mode.  Dans l’édito., on précise que la « mission » (notez bien le terme de « mission », il n’est pas anodin, on se retrouve ici presque avec une « mission » de service public), la mission  est donc de « vous aider à mieux vivre en respectant à votre budget ». En premier lieu, on se croirait dans une version cheap de Femme Actuelle, ce qui n’est pas rien. Des filles, des produits, de la consommation de nanas, oui, mais avec le prix à côté : c’est l’hyper-leclerc de la presse magazine. Le prix, c’est ce qui compte, et il est toujours écrit sur un fond jaune qui n’est pas sans rappeler l’aspect « promotionnel ». Ensuite, Tips est un magazine qui se veut gentil, car il nous veut du bien à nous, ainsi qu’à la planète. Il est « solidaire », et « écologique », comme le précise aussi l’éditorial, et comme en témoigne également l’interview de Maud Fontenoy, qui « aime la nature ».

Comme chaque magazine féminin, Tips s’intéresse aussi aux people, mais avec des prix : combien faut-il payer pour avoir les mêmes cheveux que Paris Hilton mais en moins cher ? Combien ont coûté les opérations chirurgicales de Demi Moore, Madonna ou Pamela Anderson ? Et surtout, comment avoir « une allure de star à prix mini » ? C’est a peu près ce que fait aussi un magazine comme Closer, mais là, c’est plus assumé. Le magazine s’adresse à une ménagère, on lui a même concocté un reportage sur les « déstockeurs », pour qu’elle puisse apprendre à acheter des produits de marque à prix cassés. La Danette a 0,85 cts d’euros au lieu de 1,47 euros, ça vous rembourserait presque le prix du magazine.

Mais la cerise pas fraîche sur la gâteau soldé, cela reste les coupons de réduction : Munie de ses ciseaux, la lectrice  fauchée peut découper des bons  qui occupent quatre pages : pour du jambon, du café, un repas chez Léon de Bruxelles, une coupe de cheveux, une location de vacances, c’est du pareil au même. Ensuite, il ne lui reste plus qu’à « le présenter dès son passage en caisse ». Tips, c’est exactement le contraire d’un magazine de luxe, d’un ingrédient de rêve. On ne plonge pas dans l’abondance, on surnage dans le réel qui se prive, on étouffe sous les prix, on avale de la réduction à défaut d’encaisser des salaires corrects. Le seul rêve possible reste celui d’une ressemblance improbable avec des people bon marché auxquels plus personne ne croit. De toutes façons, les stars n’existent pas, puisqu’elles trichent, nous dit le magazine, entre les opérations de chirurgie esthétique, les faux cheveux et le maquillage qui permet de gommer les imperfections. Ce qui est génial, c’est qu’on peut faire pareil en moins cher, grâce aux bons de réduc.

Eh non, cher ami disparu et revenu sur terre, tu ne rêves pas. C’est la crise, les médias le disent, et le pire, c’est que c’est une réalité. La presse magazine dont il est question ici n’invente pas, elle construit du discours. Dans le fond, Tips est un média de la performance, dans le sens où il prétend agir sur la vie de ses lecteurs en les aidant dans un quotidien qui ne souffre que les économies, puisqu’on ne peut vivre comme on le voudrait. Le média ne propose plus de rêve, il offre aux annonceurs un terrain de réalité, ancré dans le quotidien de la consommation. Triste constat n’est-ce pas ?

A lire aussi

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

DMPP #6 – A quoi servent les animateurs télé ?

Pourquoi on adore (ou on déteste) certains animateurs télé ? Quel est leur pouvoir ? Qu’est-ce qui se joue ? Et

En lire + ...

DMPP EC#1 – Dans les coulisses de VOICI

« Des médias presque parfait » a pour ambition de proposer des vidéos d’analyse et de réflexion sur les médias. Avec

En lire + ...

3 commentsOn Tips, le magazine de crise

  • J’ai vu l’affiche dans ce magazine dans le métro, avec son accroche « Magazine anti-crise » et je me suis dis : « Et oui, il y en a qui n’ont pas peur du ridicule ! »

    Alors je n’ai pas feuilleté ce journal mais bon la couv parle d’elle même et ton article confirme mes pires craintes !

    On est comme tu le dit ici dans le magazine ultra cheap, sans idées, qui surfe (très maladroitement) sur le phénomènede crise.
    Quel manque d’inspiration tout de même !

    Tips est en fait le pendant des journeaux distribués, eux gratuitement, dans les hypermarchés.
    La ménagère pourra donc aller faire ses courses, son Tips sous le bras, pour faire de pseudo bonnes affaire et tenter d’avoir « une allure de star à prix mini” !

    Et après onte dit que la presse va mal !!
    C’est vraiment dur de trouver pourquoi !!

  • Un coup de gueule aussi retentissant que délectable contre cette revue qui m’a également inspiré un billet. Le dézingage du luxe et du rêve continue d’ailleurs tout au long des pages shopping, à coups de « on aime tout sauf son PRIX : 950 EUROS », « à ce PRIX là, ils peuvent le garder » et ainsi de suite…

    Quand aux coupons réduc’, qui valent le coup d’oeil, rien que de l’indispensable en temps de crise : on passe de la croisière en bateau sans permis sur la Meuse aux clips à chaussettes spécial machine à laver. Bref, à mon sens on baigne dans le cynisme le plus noir.

    Bravo et merci pour ces quelques lignes revigorantes !

  • Voilà un papier comme j’aime les lire. Pour éviter toute redondance avec le qualificatif de « délectable » employé par Géraldine, vous me permettrez ce : « pour être bien torché, il est bien torché ! »

    C’est vraiment un plaisir que de ressortir de la lecture d’un de vos billets à chaque fois un peu plus intelligent du monde des médias. Qui plus est quand c’est fait avec style.

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu