Tsunami : les jours d’après sur France 2, lorsque la fiction raconte la réalité

dans Télévision

tsunami-hbo_kerry-brown

Ce soir, France 2 diffusait la première partie de « Tsunami : les jours d’après » une fiction américaine revenant sur le tsunami du 26 décembre 2004 en Thaïlande. Cette fiction contient les traits du film catastrophe traditionnel, tout en ajoutant un certain nombre d’élements qui lui donnent des indices du réel.

. Comme dans un film catastrophe « classique », on commence par découvrir des personnages attachants. Le téléspectateur entre directement en empathie avec ceux-ci, puisqu’il sait ce qu’il va arriver. Son savoir est alors supérieur à celui des personnages, ce qui est captivant puisqu’on se demande si les « héros » vont s’en sortir.

. Le premier indice de réalité est inscrit au début du film, lorsqu’on explique que l’histoire a été écrite à partir d’une enquête. On signifie ainsi qu’au-delà des faits réels, le récit repose sur des témoignages qui ont pour fonction de l’authentifier.

. Au moment précis du tsnuami (qui dure très peu de temps dans le film), sont mêlées des images de la fiction à quelques images prises au moment du tsunami. Il s’agit d’images assez furtives et toujours en plan d’ensemble. On ne précise pas que ces images sont « réelles », mais elles apportent indéniablement un surplus de réalisme. Ceci est dû au fait que nous avons tous vu ces images dans les journaux télévisés d’une part, mais aussi parce que ces images sont mélangées à celles de la fiction, comme si elles étaient prises avec un caméscope. De fait, pris dans le récit, le téléspectateur n’est pas amené à distinguer le vrai du faux.

Ce film a pour avantage de ne pas montrer qu’un seul côté des choses, puisqu’il s’agit de suivre des touristes bien entendu, mais aussi un reporter, et un Thaïlandais qui a perdu sa famille, ainsi que d’autres personnages. Enfin, cette fiction possède une dimension critique, notamment à l’encontre du métier de journaliste puisqu’on suit Nick, un reporter ambitieux prêt à tout ou presque pour ramener des scoops et des images. Par le biais de ce personnage, le film met en avant l’importance de l’événement pour les médias et jusqu’où il est possible d’aller. Il s’agit également de montrer comment un tel phénomène est aussi le symptôme d’un choc des cultures.

A lire aussi

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

DMPP #6 – A quoi servent les animateurs télé ?

Pourquoi on adore (ou on déteste) certains animateurs télé ? Quel est leur pouvoir ? Qu’est-ce qui se joue ? Et

En lire + ...

One commentOn Tsunami : les jours d’après sur France 2, lorsque la fiction raconte la réalité

  • j ai adoré ce telefilm jeudi dernier et j’ai beaucoup pleuré ,je voulais savoir comment pourrais-je revoir cette première partie.
    merci de me répondre

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu