Marianne enceinte : Qui est le père ?

dans Culture et Société, Medias, Vie politique et medias

marianne_enceinte

La figure de Marianne incarne la République française, elle « signifie » les valeurs républicaines, et c’est elle qui a été choisie pour la nouvelle campagne de communication du grand emprunt.

On la retrouve donc, en forme(s) et enceinte, mais de qui ? Le semioblog a mené l’enquête.

L’idée est venue de Thierry Saussez, le publicitaire attaché désormais à la communication du gouvernement. Ce dernier a expliqué sur France Info que pour représenter les « investissements d’avenir », ils avaient eu « naturellement l’idée de prendre ce très beau symbole de la maternité ». Eh oui. La maternité c’est l’avenir, l’anticipation, c’est un « symbole positif », ajoute Thierry Saussez. On voit bien, au passage, que ce Monsieur ignore que la maternité peut également être le symbole de la peur du lendemain, de l’incertitude et de l’angoisse. Mais non, dans la société, on touche le ventre des femmes enceintes en leur disant qu’elles ont bien de la chance. Le dir. com du gouvernement touche le ventre de la France, en lui expliquant qu’elle a un bol pas croyable.

Si ce n’est pas la première fois que l’Etat communique pour promouvoir le grand emprunt, on peut cependant s’étonner du coût de cette campagne, qui s’élève à 975 000 euros. Mais chacun sait que les enfants, ça coûte cher n’est-ce pas ? Notons par ailleurs que nous sommes en période électorale pour les régionales, et qu’il est probable que cette campagne de communication serve les rangs de l’UMP, ce que dénonce fortement le parti socialiste. Enfin, les militantes féministes ne sont pas en reste pour dénoncer l’utilisation de l’image de la femme comme une mère avant tout. Et il est vrai que si nous arrêtions de travailler, il y aurait certainement moins de chômage.

Finalement, on utilise l’image de la femme enceinte pour « vendre » le grand emprunt comme on utiliserait cette même image pour promouvoir une crème anti-vergétures. Alors, qui est le papa du bébé ? La communication, bien entendu. Ou plutôt le règne du « tout communicationnel », ce lieu dans lequel il est possible de se saisir de n’importe quel symbole pour le transformer car tout est à vendre : Marianne, le bébé, et même l’eau du bain.

A lire aussi

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

5 commentsOn Marianne enceinte : Qui est le père ?

  • Selon moi la vraie question est : pourquoi Marianne porte-t-elle un bonnet de schtroumpf ?

  • Dans ce cas, la vraie réponse serait : parce que le père de l’enfant c’est le grand schtroumpf !

  • Pas le grand Stroupf…le petit Stroumpf !

  • Très intéressant. J’ai moi-même écrit un article sur le sujet : http://www.sciigno.net
    Comme quoi, les sémiologues ont de beaux jours devant eux ! Enfin sur un plan intellectuel, pas forcément financier…

  • Etienne Hervy

    Il y a en même temps un recours au ressors du « nez au milieu de la figure ». En l’occurrence, il s’agit ici d’un ventre plus que d’un nez, mais l’effet est le même: personne ne commente le retour dans la communication institutionnelle de la figure de Marianne que l’on croyait partie changer ses pièces de 10 Frs contre un euro symbolique.

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu