« La joyeuse farandole des imbéciles » Par Alexandre Miré

dans Coupe du monde du Semioblog, Medias



On ne peut attendre des joueurs de ce jeux ô combien magnifique qu’est le football d’être tous des génies en puissance. Pourquoi en serait-il autrement pour eux que pour le reste de la population? Effectivement les récents évènements aux accents mélodramatiques pourraient nous amener à penser le contraire. Néanmoins il me semble qu’il faudrait dans le cas présent éviter autant que possible la pauvreté intrinsèque à tout jugement hâtif. Tout d’abord ce fiasco dont nous avons je pense fait le tour est évidemment une aubaine pour l’ensemble des médias et des divers intervenants ayant fait de la coupe du monde l’objet principal de leur intérêt. TF1, France télévision ou le journal L’Équipe ont certainement rattrapé une partie de leurs pertes en mettant en scène quotidiennement ce drame shakespearien…

Mais au delà de ces considérations bassement mercantiles, on a pu profiter d’une multitude de déclarations et d’affirmations péremptoires confinant au mieux au ridicule le plus absolu. On avait déjà observé les prémices de ce type d’analyse lors du fameux épisode du coup de tête de notre zizou national. Celui-ci avait, en effet, permis à certains de rappeler innocemment les origines kabyles du joueur mais plus encore son appartenance à cet obscur concept, effrayant et puissamment anti-social qu’est la « cité » pour une partie des observateurs. Cependant, ici, l’étendue du fiasco a permis à certains de s’en donner à cœur joie sur le thème de l’identité et de la supposée mise en péril de notre belle identité nationale.

Ah! comme il fut agréable de pérorer sur l’insuccès manifeste de cette France  » black blanc beur » de 1998, dont on leur avait tant rebattu les oreilles. D’abord par le biais de « l’infâme » et « infamant » Anelka que l’on ne tarda pas à présenter comme un rejeton insolent de cette fameuse « cité » si menaçante pour le bon ordre. Pour information j’ai personnellement connu Nicolas et sa famille, ils habitaient bien à Trappes qui est loin d’être un paradis en soi ; cependant je me dois de rappeler qu’il a grandi dans l’un de ces nombreux pavillons desquels sont issus certains de ces plus féroces détracteurs et qu’il a reçu une éducation stricte et extrêmement sévère… ce qui n’empêche rien j’en conviens. Mais outre le bouc émissaire Anelka c’est toute l’équipe qui fut ainsi passée au crible de la subjectivité voire du discours idéologique. Notamment par l’évocation des clans s’affrontant au sein de cette formation, les Africains, les Antillais, les musulmans (représenté par « l’inquiétant » converti Ribéry) et le gendre idéal bon teint belle gueule Gourcuff…. Et pourquoi pas les Auvergnats tant que nous y sommes…

Tous ces évènements qui n’auraient pas du quitter le confinement du vestiaire sont certainement beaucoup plus le fait de la bêtise universellement partagée que d’une quelconque appartenance à un groupe ethnique ou religieux et ne devrait pas entraîner, me semble t-il, de tels dérives dans l’analyse. Néanmoins, le football est une métaphore de la vie et il est donc pas si étonnant que ces questions mises en avant très maladroitement ces derniers temps par certains, suivez mon regard, soient venues se greffer à un simple épisode sportif.

Hier soir  la Manschafft et sa nouvelle multi-culturalité affrontait la talentueuse équipe d’Espagne… Le poulpe avait encore raison. Malgré la défaite cette jeune équipe a réalisé un superbe parcours. Espérons que cet équipe allemande New look ne vivra pas un désastre similaire a celui des Bleus lors des prochaines compétitions ; car il se pourrait qu’alors des voix s’élèvent outre-Rhin fustigeant à leur tour cet hypothétique modèle d’intégration qu’est l’équipe nationale. Donnant alors lieux à une farandole des imbéciles très teutonnes cette fois-ci.

Alexandre Miré

Quelques mots sur l’auteur :

Alexandre Miré. Comédien de seconde zone, jouant au coté des plus grand tel que Victor Lanoux et Line Renaud, athlète de moyen niveau, pilier de cafet’ universitaire, auto entrepreneur un temps et libre penseur, son regard sur cet événement, historique à plus d’un titre, sera certainement aussi décalé que sa vie peut l’être.

La coupe du monde du Semioblog

A l’occasion de la coupe du monde, le Semioblog a monté une équipe de 11 chroniqueurs qui ont pour mission de regarder ce que la coupe du monde provoque sur la société et les médias. Le Semioblog leur a donné carte blanche pour nous raconter un mois de sport populaire, de rassemblements, de business, de bonheurs et de malheurs.

A lire aussi

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Vernissage, ou les masques du quotidien

  Un soir, Véra et Michaël reçoivent leur ami Ferdinand pour inaugurer leur nouvelle décoration d’intérieur. Quoi de plus

En lire + ...

DMPP #6 – A quoi servent les animateurs télé ?

Pourquoi on adore (ou on déteste) certains animateurs télé ? Quel est leur pouvoir ? Qu’est-ce qui se joue ? Et

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu