Festival d’Avignon, « La vieille » par Marie-Caroline Neuvillers

dans Fest. Avignon 2011

Pendant le mois de Juillet, le Semioblog vous invite au festival d’Avignon. Marie-Caroline Neuvillers nous parle aujourd’hui d’un fléau : la vieille, en période de festival…

Chaque ville a son ennemi. En temps de festival, inutile de dire que l’ennemi peut s’avérer redoutable.

Il y a les pigeons, les poussettes, les touristes japonais, la crème glacée… A Avignon, pendant le mois de juillet, j’ai dû brutalement me rendre à l’évidence : L’ennemi numéro 1 c’est la grand- mère.

Qu’on ne se méprenne pas, je n’ai rien contre les grands-parents, j’ai même une côte indéniable avec les grands-pères.  Non, je ne te parle pas de ta sympathique mamie qui te faisait sauter sur ses genoux étant petit (si c’est toujours le cas aujourd’hui il faut mettre le holà). Je te parle de cette espèce très particulière de personnes âgées, celle qu’entre nous, on appelle : LA VIEILLE.

La méchante, fondamentalement pas sympa, qui met à bout les plus gentils d’entre nous qui veulent croire qu’elles peuvent avoir un bon fond.

Probablement actuel leader du complot international des vieux, elle a décidé de se trouver partout où tu décides d’aller et de parler dans l’unique but de t’exaspérer toi, et toutes personnes environnantes.

La vieille n’est jamais contente. Non, jamais. La vieille trouve que c’était toujours mieux avant, ou chez elle.  Et histoire d’appuyer son propos elle le répète plusieurs fois, à intervalle courte.

L’univers qui l’entoure semble constamment sentir mauvais à en juger par son visage, et les mots « bonjour, s’il vous plait, merci » n’existent plus depuis le jour où elle a reçu sa carte vermeil au courrier.

On ne sait jamais quand elle va frapper, si elle sera seule, ou si elle aura ramené ses copines du club de bridge avec elle. Tu ne sais jamais sur quelle catégorie de vieille tu vas tomber non plus : Il ya celle qui dans une queue où tout le monde patiente gentiment se faufile en t’écrasant les pieds, celle qui parle tout le temps pendant une pièce, celle qui s’assoit inopinément à côté de toi et se met à râler très fort (parce que dans le monde de la vieille, parler fort, signifie rallier tout le monde à sa cause).

Oui, le gang du troisième âge est impitoyable, et pendant le festival d’Avignon, la vieille a un nombre incalculables d’occasions de te pourrir la vie.

Prenons un exemple concret : Samedi alors que dans l’allégresse et dans la joie je me rendais au théâtre voir Ruy Blas Repetitas j’ai été témoin une fois de plus de la cruauté de plusieurs attaques de vieilles.

Alors que le public prenait gentiment place dans la salle, je repérais une vieille assise dans le rang juste devant le mien (et que je soupçonne d’avoir filé des coups chaussures orthopédiques pour entrer la première). Evidemment, elle s’est assise entre deux sièges de libre, histoire d’attirer sa proie innocente et naïve dans ses filets, tel le napperon posé sur sa télé.

La salle s’étant remplie rapidement, les deux places de chaque côté de la vieille sont les dernières, et arrive donc un couple qui naïvement demande aimablement à cette dame qui semble inoffensive et charmante si elle accepterait de se décaler pour qu’ils soient assis l’un à côté de l’autre.

« Non. »

Non, c’est la réponse de la vieille. Non, c’est ce qu’elle leur a répété plusieurs fois quand ils lui ont fait remarquer toujours très gentiment qu’il suffisait simplement qu’elle se décale d’un micro poil.

L’argument : « J’aime pas être au milieu d’une rangée ». Je me suis retenue très fort de lui faire remarquer que même si le couple cédait et qu’ils s’installaient de chaque côté d’elle, elle serait malgré tout techniquement au milieu de la rangée, et je me suis contentée d’être estomaquée.

J’ai aussi retenu Virginie Spies de l’assommer avec son sac à main (je l’aurais bien laissé faire, mais rapport à d’éventuels poursuites judiciaires… Bon…)

Au moment où la pièce commençait, la vieille dans un moment grand et incroyable de générosité à finalement accepté d’effectuer cette manœuvre terriblement fatigante consistant à se lever et se rassoir aussitôt sur le siège d’à côté en lâchant un « Vous avez de la chance pour cette fois. »

Dix minutes plus tard, c’est une autre vieille qui n’avait pas eu son petit bout de papier avec le texte de la pièce  distribué à l’entrée qui s’est mis à faire des grands gestes proche de la choré YMCA pour en récupérer un en criant discrètement (oui la vieille sait crier discrètement) pour se faire remarquer.

A la fin de la pièce, la vieille numéro 1 celle qui aime voir les gens rester de bout a suivi consciencieusement du bout de l’ongle sur le fameux papier que voulait absolument vieille numéro 2 si les comédiens ne se trompaient pas de texte. Ils ne sont pas trompés, heureusement parce qu’elle aurait probablement hurlé au scandale.

Il n’y a pas de bon ou de mauvais comportement à adopter devant une attaque de vieille. Restes stoïque, fixe là dans les yeux et dis lui ces mots calmement : Ma hanche à moi n’est pas en plastique. Tout ce que tu risques c’est un coup de béquille sur ta tong.

Marie-Caroline Neuvillers.

Marie-Caroline Neuvillers est étudiante en deuxième année de Master Stratégie du Développement Culturel à l’Université d’Avignon et rédige un mémoire sur les réseaux sociaux sous la direction de Virginie Spies. Elle ne trouve jamais de place de parking pour se garer et se promet chaque jour d’apprendre à faire un créneau correctement. Vous pouvez également la suivre sur Twitter : clic, clic, clic.

A lire aussi

Migrants, la tragédie de notre siècle

Le sujet est dramatique et urgent, ils sont trop nombreux sur ce « putain » de bateau. Au plus près de

En lire + ...

Les tambours de la vie

Au premier temps de la pièce, Adrien Lepage ne vit que pour une chose : la batterie. Il sourit. À

En lire + ...

« Avant que j’oublie », les liens qui nous lient

  C’est une jeune femme qui chaque dimanche va voir sa maman, C’est une maman qui est atteinte de

En lire + ...

Laissez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Mobile Sliding Menu